30 septembre 2007

Frigide.

Ne cherche plus dans la mystique des viscères éventrées de veaux blancs la cause de ta funeste frigidité. Le vol des vautours, et les danses végétales n'ont pas de vertus curatives. Ton coeur froid planté entre tes cuisses est le coupable idéal. Froid comme une neige d'hiver. La glace amère ne réflechit pas tes yeux morts. Les cadavres dansent et tu cherches ta vaine existence dans le désir tiède des bas-ventres frileux.
Petit enfer de givre, tu rêvais d'incendie et de braises au fond des yeux de jade.

Ta langue pendue sans extase au profond des palais de luxure. Tes lignes électriques bien droites, bien blanches. Ont le blanc des drapeaux. Ceux de l'abdication. Tu crois le givre fondu sous la sueur animale. Lèche, tu n'es pas flamme. A peine femme.

Funambule lestée de potions magiques et d'amulettes tu trébuches sur le baluchon oublié. Celui des souvenirs perdus. Des douleurs endormis. Le volcan a vomi ta morale délicieuse sans grumeaux. Promis, juré, craché. Vomi. Pour souiller les promesses sans croiser les doigts. Juste les cheveux au vent.

Ne cherche plus dans la mystique des viscères éventrées de veaux blancs la cause de ta funeste frigidité. Le vol des vautours, et les danses végétales n'ont pas de vertus curatives. Ton coeur froid planté entre tes cuisses est le coupable idéal. Froid comme une neige d'hiver. La glace amère ne réflechit pas tes yeux morts. Les cadavres dansent et tu cherches ta vaine existence dans le désir tiède des bas-ventres frileux.
Petit enfer de givre, tu rêvais d'incendie et de braises au fond des yeux de jade.

Ta langue pendue sans extase au profond des palais de luxure. Tes lignes électriques bien droites, bien blanches. Ont le blanc des drapeaux. Ceux de l'abdication. Tu crois le givre fondu sous la sueur animale. Lèche, tu n'es pas flamme. A peine femme.

Funambule lestée de potions magiques et d'amulettes tu trébuches sur le baluchon oublié. Celui des souvenirs perdus. Des douleurs endormis. Le volcan a vomi ta morale délicieuse sans grumeaux. Promis, juré, craché. Vomi. Pour souiller les promesses sans croiser les doigts. Juste les cheveux au vent.

Posté par boudi à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 septembre 2007

Première page de mon roman

——Bip Bip Bip. Dans les chambres d’hôpital, ce bruit monocorde berce les oreilles fatiguées. Il est là, clair, net, clinique. Clinique, on ne pouvait trouver plus juste, parce que le son est dépouillé de tout coeur, de toute intensité. Vide, tellement vide qu'on l'imagine macérer dans le formol qui attend les futurs dépouilles.

Pourtant, il est le seul frémissement, la seule hésitation de la nuit hors les pas des infirmières pressées de se rasseoir pour lire. L’une d’elle là, essuie le gras de son beignet sur sa blouse rayée rose, et feuillette un magasine. La couverture ressemble à un arc-en-ciel et contraste d'avec la sobriété du lieu, avec les murs blancs allongés à l'infini faisant croire un asile.

Elle tient fermement le bout de papier de sa main droite. Pour alimenter ses potins, tandis que la main gauche dans le plus pur mouvement onaniste alimente son estomac. Le papier jure qu'il livrera ses « révélations ». Il ne s’agit pas d'une incantation divinatoire pour expier le mal des âmes meurtries ou de livrer enfin le moyen prophétique d'anesthésier toute douleur sans piqûre, sans étourdir le corps et lui laisser les stigmates des insomnies sous les paupières.

 

Non la révélation traite de quelques jambes qui se mêlèrent l’espace d’une nuit, s’heurtèrent à craquer le plafond voisin. Deux corps esquintés, pour des esprits pareillement tourmentés. Guère plus, au final, que des chairs à mâcher, qui s’enfilent les unes aux autres comme une bague au doigt d'une mariée trop frivole. Avec le même romantisme feint, la même fougue de rompre. Rompre la monotonie d'un côté, Se rompre le cou de l'autre. Détacher la liberté du piquet auquelle elle est amarrée. Un oeil exercé a d'ailleurs remarqué que les alliances de nos deux corps emboités dissonnent. L'infirmière aussi, ce qui lui arrache un « T. ne va pas le croire ». Pénible syllabisation de son aérocéphalie.

Bip-Bip. Le cardiogramme n’arrête pas. Le son se propage dans l’air. Il ne claque pas. Il se dépose. S’étend, gluant comme les heures passées dans cette chambre trop exiguë à espérer le réveil improbable. A parler des heures à des yeux clos, caresser ses mèches tombantes et laisser glisser quelques gouttes de coca-cola sur les lèvres meurtries. Espérant le frémissement, le choc émotionnel qui affranchiraient de l'absence continue. Du manque informulé parce que ce manque est allongé, avec la béatitude du mort. Dans un ailleurs qu'on ignore. Peut-être l'âme s'échappe t-elle des prisons de chair et scrute les alentours, et hurle qu'elle est là, hurle pour prendre rendez vous avec les vivants. L'âme ignore que le plupart de celles de ses contemporains sont déjà vendues à l'ambition et aux carrières. L'écho est absent. Les vitres ne tremblent même pas à l'idée d'une âme, d'un fantôme, à rebours de toutes les conceptions spectrales prophétisant des explosions de vitre et des retours de flamme. Preuve que les croyances sont toujours erronées.

Le parc qui jouxte l'hôpital en est sa prolongation. Le toit en moins. Il ne faudrait pas faire croire aux convalescents qu'ils sont en vie, qu'ils sont saufs. L'avenir n'appartiendra que trop rarement à ceux sous chimio. On les laisse, alors, avec la douce torpeur d'une fontaine qui pisse 3 goutelettes insultant le flot du Manneken-Pis de Bruxelles. Pour l'illusion de la vie, sûrement. La sensation d'un monde au ralenti dans lequel ils évoluent à leurs rythmes respectifs. Rythmes de brebis se dirigeant droit vers l'abattoir. Le meurtre a un autre nom « infection nocosymale ». Moins glamour que l'euthanasie.

La nuit, quand la météo est un peu plus capricieuse et que les gardiens ne font pas rouler leurs yeux ronds et vide sur le ciel, le vent chantonne et fait tournoyer la poussière, bouscule les branches des arbres trop fragiles. Qui dansent, dansent narguant les téméraires sous dyalise qui bravent l'extinction des feux. De toutes façons, le leur de feu est déjà éteint. La vie aussi. Peut-être. Ou les flammes sont froides.

Un peu plus loin, les réverbères crépitent, leur sève électrique consume la lampe, et quelques amoureux transis, trop ivres pour rentrer à pied et les poches trop étroites pour héler un taxi s’accrochent et s’enchaînent. Se font prisonniers consentant à la lueur des étoiles essouflées. Les bouches s’emmêlent comme les balbutiements de l'enfant qui goûte ses premiers mots, les mains furètent, touchent, aiment. Le son qui monte de la gorge, ne dérangera pas. Il y a de la vie, ici. Derrière les grilles de l'hôpital, qui se rythme aux pénibles « Bip Bip » de la nuit installée. La sagesse populaire a du bon. « Le calme précède la tempête ». La fureur du devenir s'élève de l'être abattu. La flamme se substitue à la bile noire, et...

Posté par boudi à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2007

A toi.

Comment tu sors toi de sous un ciel barbelé sans te couper le corps ? Moi je n'y arrive pas tu sais, moi je reste crucifié là haut, prostré comme une bête qui attend le coup de hâche.

Ne viens pas, je n'avais pas de bec et ils m'ont cloué là. Etendu en haut je dois ressembler à un ange vu d'en bas. Rassure toi, ils ne voient pas mes cornes. Tu me décrocheras dis, l'âme en lambeaux se suffisait sans qu'on vienne mutiler le corps. Tu penses qu'en bas la pluie brassera le sang pour des méandres rougeoyants ? Que je ne meure pas trop loin de notre mère la terre. Avec une échelle qui coule des poignets. Rouge, parce que tu aimes le rouge ou parce que l'étoile sur mon poignet est rouge-noire ?


Tu sais, j'ai peur de mourir seul. Que la chape de plomb étouffe mes cris. Comment je te parle moi depuis l'enfer ? Et puis tu verrais mon âme flotter devant toi pour te garder des dragons et des sortilèges ? Et quand tu regarderas le ciel, et qu'une étoile brillera plus forte que les autres, tu croiras quoi, toi ? Que l'étoile du berger a accouché d'un mouton ? Si une étoile brille, ce seront mes dents serrés, mon teint écarlate juste que tu te souviennes de moi, un peu. Tu perdras tes doigts -Oh pas pour toujours, juste le temps de m'envoyer des dessins- dans le ciel pour les arabesques de ton coeur ? Et ils coureront sur le piano pour se rappeler un peu de moi. Les morts ont besoin d'offrande. De la mémoire surtout, des morceaux entiers de mémoire et pas de fleurs. Je ne sais pas si mon allergie survivra.

J'ai peur du noir. J'ai peur loin de toi. Avant que je m'en aille on dira que le crépuscule est vert d'accord ? Je ne te donnerai pas la clef et tu cabosseras ma tête pour voir les cercueils et les déambulations du petit bonhomme qui se presse dedans ? Il te donnera la gouache verte et pour le bleu on fouillera tes yeux. Juste un peu. Ils sont si beaux que le ciel en veut un peu. Pour se maquiller quand il est trop gris, et prendre rendez vous avec le soleil. Ou se baigner. Je n'ai pas bien compris.

Ils sont amants, je crois. C'est ma soeur qui l'a dit. Haute comme mon pouce et qui fait déjà des promesses pour la vie qui dure toujours. Elle a des étoiles dans les yeux, mais moins que moi quand je te sais près de moi.

Il y a un petit univers, avec ses forces, ses pressions, ses attirances et ses répulsions dans mes doigts. Tout en lecture rapide. Alors il y a des cataclysmes, des soubresauts. Je n'hoquète pas de mes cadavres, ou pas encore. Les étoiles implosent, explosent, la matière se , se brouille, s'assemble. Et puis de nouveau. Mon univers danse. Je demanderai aux physiciens d'étudier mon trou noir. Ne rougis pas voyons, rien d'uraniste, je parle du trouble qui m'agite, qui fait rôter mon coeur.

Personne ne crochète le grillage. C'est un peu pénible, d'être suspendu dans le vide sans personne pour payer l'apéro. Tu as beau héler, personne ne te répond. Les nuages filent, ils sont pressés. Ils discutent de la pluie et du beau temps. De la pluie surtout. Ca les aide à supporter leurs journées chargées de tristesse. Ils ont pleuré tout à l'heure. Un peu à l'écart des autres, un peu comme une répétition générale avant l'orage. Je crois que c'était un peu pour eux, un peu parce qu'ils se sentent enola gay de noyer des enfants sous leurs little boy.

De là haut la vie n'est pas différente. De là haut, on ne voit que tes yeux.

Posté par boudi à 23:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]