25 décembre 2007

Egoûts.

Dans les vrais égoûts il n'y a pas d'alligators, seulement des monstres plus terrifiants. Les égoûts, vrais goûtent, gouttes à gouttes sur le cours de la mémoire puis projettent les ombres. Deux doigts pour le crocodile de l'âme. Trois pour le requin. Sur les théatres d'ombres tu vois tes peurs sortir des ténèbres. Celle de la mer, et l'amer, et le sucre que tu vomis. Je te tiens, tu me tiens un doigt dans la bouche pour sentir le vent claquer, pour se faire fanion d'un empire déchu. Notre amour immortel qui flotte en haut des tours, et des tours à courir cent fois, sans foi ? Oh, j'y crois bien plus que tu n'espères. ET je te rêve, la peau sucrée sous la langue amère, toi tremblante comme moi perclus de caféïne. Mais mon amour, t'es ma sister morphine, ma nuit noire et mon paradis blanc.

Pour tes yeux, j'irai flageller le vent d'une verge longue comme l'univers, le faire crier et te l'offrir soumis. Eole, à tes pieds tournoyant en pluie opaque, par delà le béton de nos sens...On se coule.

Je suis dé(ca)pité.

Posté par boudi à 04:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]


19 décembre 2007

Amel.

Parce qu'il faut dire adieu, autant que ce soit de voix morte, dans le silence et la fuite des vertèbres brisées, dans la géométrie d'une majuscule et d'un plein, et des délires déliés. A. Se dire Adieu, puis partir et se mourir. Fondre la cire qui bouche les artères pour du feu une dernière fois dans la veine, l'aiguille plantée pour l'acide sur la route. Tu sais bien qu'il n'y a de lumière que dans l'obscurité la plus dense, l'avoir vive, la voir vive souvent, c'est plonger au fond du trou, transpercer les barrières du vide et s'y étendre...Dans ce monde il n'y a de rêves que pour les fous, et de couleurs que pour les aveugles.

Le silence comme une lueur d'espoir, qui s'élève du sourire perdu, sur les routes peintes à la va-vite où les lignes blanches deviennent rouges. On les a franchies si souvent les rouges...Avant de revenir, repartir, le bonheur et l'amour comme la marée. Haute et donc asphyxiante. Ce X au milieu du mot, une croix sur l'amour, sur une page. Seulement une. Le reste, les autres, ça ne passe pas. Avide de nos seringues pleines. Transformer l'eau en vin ? Non. C'est parti pour le sang, les éclats de sang et la pluie sur le vent gris. Adieu mademoiselle, bonjour madame. Oui. Excusez-moi. Je me suis égaré, j'ai cru le réverbère trembler, mais ce n'était que ma moelle épinière comprimée. Je ne bouge plus. Je meurs. Je meurs.

A. Amel. Ca veut dire trésor chez moi, et c'en est un, le plus beau qui fait tenir la vie sur moi, c'est parce qu'elle vit encore que je n'abandonnerai pas.

Posté par boudi à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2007

Chacun son coma.

Diffuse moi des pulsations intimes dans les tempes, en musique de lierre. Laisse la grimper sur le corps de pierre, recouvrir la moitié du visage. Tu te manges des bouts de cheveux sur les lèvres. Immisce toi, immisce toi et infuse l'émotion dans l'incision creusée par les larmes, acides. J'étais statue pétrifiée. La roche a volé en éclats. Le coeur : dommage collatéral. Le feu : en moi. Le voile des colères ne l'étouffera pas. Il brûle. Ne me fuis pas. Lis moi, dévore moi . L'impérissable ce ne sont pas les marques de dents sur les coups et la carrotide ou les fuites éthyliques. La lueur rouge sous la peau qui fuit les ongles. Mon amour. Je suis désolé. La passivité n'est pas paisibilité. Quiétude, sous la pliue régulière qui fait la soudure sur les corps. Je ne suis pas la sangsue coaelescente. Reviens me mettre un peu de sang dans les joues. Un peu de rouge dans les yeux. Parce que le blanc de ton silence est l'asile de ma raison. Mon bagne, mon amour.

Posté par boudi à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2007

Bonjour. Au revoir.

Bonjour. Au revoir. Vous m'excuserez j'allumais les lumières. Bonsoir. Pour faire luire les ombres. Bon sang. Non. Il est atteint. Attachez mon coeur madame. Merci. J'ai l'âme crochue, c'est pratique pour s'enfoncer. Bonne nuit. L'amour dans un rond de plastique 19 centimètres de long et 6 de diamètre. Bonjour. Des sentiments en centimètres. Merci. Des centi-mots. Donnez. Voilà. De l'amour en centilitres. Adieu. Tu crochettes mon coeur. Madame si vous peux changer la serrure. La police, les sirènes, je cède aux chants. Alors il vaut mieux ne plus avoir d'effractions, et de plaintes. Sur les murs. En bas. Les pleintes, et les délurés. La peinture fanée. Salutations. Dans un rond de fumée. Crack. Avale. Stupéfiants ! Ne soyez pas stupéfaits. Je vous fige. Oui c'est parce que tu. La beauté ça s'enfuit, ça ne reste pas. Un accident et « crack ». Elle est partie. Restez là, oui, montez sur la pellicule. La même qui recouvre ma peau. Pas les peaux mortes. Non. Bonne nuit. Le ventilateur ne décolle pas. Et mon vélo volant, Pégase. Hue sous les acclamations.

Au revoir tu êtes prisonnière de ma mémoire. Au cachot. Bonjour. Forçat oui, forceuse non. Les barreaux se serrent. Mon coeur aussi. Salut ! Le coeur c'est humide, un cachot humide. Un cachet ça ne dissipe pas le mal dans la tête, et le diable dans le ventre. Avec un verre d'eau on ne tue même pas les dragons dans la main. Dégats des os. Merci pour le thé. Mais plus tard. Je finis la guerre. Avec les os oui. Pour en avoir d'autres. Vous as préparé mon lit ? Bonne nuit. Le lin du tombeau comme l'amour. Je veux des larmes pour l'enterrement, on mesure l'amour en centilitres, et la peine en hectolitres. Merci. A demain. L'éclispse dure 20 ans. Je suis mort à 8 ans. Bonjour. Je suis mort à 17 ans. Désenchanté. Je suis deux fois plus là. Je descends la mort en scaphandre. Mouline, je vois les trésors et papa mais on ne touche pas. Même y a ton enfance qui se bat avec la mienne là bas. Salut. Tu savez on est mobile dans un habit en plomb quand on a toujours porté son coeur lourd. Excuse moi madame le feu rouge, je ne vous voie pas. C'est que j'ai perdu la vue dans ses yeux. Tout est bleu. La rue est vide. Bonjour madame silence. Je cherche les veines blanches et les yeux rouges. Oui tu voyez moi je ne vois pas. Elle a une âme en morceaux, et une lame dans le dos. J'annonce. Un chaos inverétbré. Elle a la peau comme un couteau qui pèle l'ennui, qui épelle la violence. Oui madame silence, vous et votre empire. Non. Merci. Moi je suis plus fort que votre vide, et votre infini. Vous sais, avec ma naïveté d'un gosse de 7 ans. Au revoir. Vous avez des opalines silences ? Que du blanc craquelé et de la beauté muselée. Bonjour. A la ouate, moi j'en ai mille méga watts. C'est mieux, c'est électrifiant.

Le poème c'est l'amour. La clameur. Adieu. Madame bleue silence voudrait qu'on l'épargne. Mais l'amour ça se hurle, ça ne thésaurise pas. Cotiser ? Non. Cautériser. Moins encore. Juste une plaie là. Entre tes jambes et dans ma poitrine.

Vous m'épousez contre une bague de verbe et un collier de larmes ? Douleur. Au revoir.

Toutes ces lignes en une blanche. Bonjour mon amour.

Posté par boudi à 23:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2007

Ton sceptre brisé.

Encore le couteau dans les veines. L'injection. Tu es l'onguent, la drogue stupéfiant les sens. Et moi. Contre tes pensées insensées, je veux m'anéantir et tirer tout en haut de la mémoire tes parfums. Suer sous l'amour. Me déshydrater. Pour te mettre en moi. Toute la place. Et cette soif. Cette soif qui fend les lèvres et le silence de cris. Mais moi je ne me baigne plus que dans nos ravissants et épuisés ruisseaux. C'est un peu froid. C'est un peu vide. Mais nous. Notre ardeur marquera de fer rouge la terre.

Posté par boudi à 11:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]


11 décembre 2007

Avenir.

Dans ses ronds yeux de cristal bleu, je lirai l'avenir.

Posté par boudi à 20:37 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 décembre 2007

Marion.

Marion. Le coeur tremble. En deux temps et demi je deviens cardiaque. Marion un peu plus que double. Multiple. Une blanche. Une noire. Et une ombre. Sur le piano des sens. Puis l'archet de l'âme que le coeur gémisse. Marion. Qui se meure dans un souffle uni. On. Dans un bout de physique électrique. Ion. En deux temps et demi tu m'épouses. Ma-ri. Et au premier mouvement tu m'appartiens. Ma. En deux notes de mandoline et une soupirante. Marion. Dans mes yeux tu seras toujours la plus belle. Dans mes bras, à minuit quand les rêves meurent avec la veille, pourras être la plus faible. Marion. Combustible de mon être. Mon sang et mon poison noir. Malade de toi. Ne me guéris que du bout des lèvres. Dans l'unisson et ton parfum, et les murmures de ton prénom. Marion.

Posté par boudi à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je respire l'asphyxie.

J'ai tanné le silence pour m'en faire un lourd manteau de cuir. Ou un habit de larmes. Le bagne de ta folie.
Mes majuscules traqueront tes ponts finaux, tes points vitaux.
Je respire l'asphyxie.

Posté par boudi à 06:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2007

sourire.

Le sourire dans un camp de concentration. Amaigri. Torturé. Efflanqué. Mais bien vivant.
Je souris dans un piège à rats.

Posté par boudi à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2007

You

Le fourreau de ma folie.

Posté par boudi à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]