30 septembre 2013

Tes doigts dans les songes

Il me souvient

Tes doigts dans les songes

La peau douce
Etrangement parfumée

Tu sentais

Le rêve

Le pin brûlé

Ou bien

Toi-même, l’amour

(l’odeur de l’herbe blessée par

l’été affamé)

Tu sentais

Cette odeur perdue
Qui n’est pas l’odeur

Des lundis

Ni le son 

Métallique

Du dimanche

Ou les ongles 

Cassés

vernis

 

Il me souvient

Tes cheveux renversés,

immobiles

Dans le songe

Etait-ce alentour de toi (partout

autour)

L’eau d’une noyade (?)

La mer d’Avril

La sueur transparente

Des amants (beaucoup)

Ma main captive 

Des algues

 

 

Mes doigts au réveil

Remuant

Douloureux

Sur ta peau bru-

nie (saveur réglisse

La nuit)

Ta peau

Bru-

lée

(tendrement)

Par les baisers

Le soleil chaud humide

Dans la bouche

Le miroitement

Des dents

Les cent-douze blessures

De l’amour 

Mais nulle part le couteau

De l’amour

Le sexe honteux

La peau tue

Le café froid

Les apparences

De la mort

Cousin

Au cinquantième

degré

 

Tu dors encore, longtemps après moi

Tu bouges dans le lit en murmurant «pitié»

Toute la nuit l’horreur oubliée te remonte

Comme de la vase

De l’eau croupie

Le marécage de ton âme /

 

Refermées tes paupières sont bleues 

Et belles

Comme la nuit trempée

Humide 

De rosée

Tu as l’une des treize couleurs

Du sommeil

Quand tu dors

Mais que je ne dors plus

L’urine de la nuit empèse ton murmure

Elle vient sur tes lèvres dans un mouvement

De chatte

Et tu es tout son territoire

Gouttière

Chaton

Fauteuil

Tu es

Le peu importe

de mes poèmes 

 

Posté par boudi à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 septembre 2013

Le vent, le vent sauvage

Il est très difficile d'écrire sous ce ciel changeant, cette lumière pleine de caprice (une lumière féminine, un regard tremblant de fillette) où rien, jamais -un peu comme le pouls de ta poitrine- n'est définitivement à sa place. Tout remue, et le soleil est un coeur humain, agoni, si pareil au tien qu'on me surprend déjà à lui murmurer les paroles infâmes et toute ma force
J'aime les choses fragiles
Les baisers imperceptibles
Déjà effrités 
Comme les pierres sèches
Antiques
Qu'on retrouve dans quelques légendes
Celles là même lues dans tes paumes
Alors s'ouvrait un abîme chantant
Une faille gigantesque où des oiseaux sensibles
(d'ombre, de peur, de rire)
Hurlaient une musique inhumaine
Cela commençait je crois
Par des mots de fête
Et des verres d'alcool
semblables
au geste à l'instant
fait
Des portes s'ouvrent
Toujours les mêmes
Sur l'absence
Le sommeil
L'angoisse
Après tout...
J'aimerais dire 
J'aimerais te dire 
Mais sitôt écrites, c'est à dire sitôt arrachées au songe
Au terreau humide des images
les choses
paraissent fleurs fanées
Porcelaines débrisées
Monde en miettes
Et je dois en hâte
plonger
dans la terre primordiale
dans le feu étrange où tout renait
jungles de sang
lianes des voix
(les vertèbres de ton dos
pareilles
aux dents du couteau
déchirent le coeur)
J'aime l'idée d'approcher de toi, par le langage, de t'attraper par des mots étroits, maillés finement, brillants, coupants
et fragiles comme
Des dents d'enfant.
Te prendre au piège sensible
Toi
Doux refrain
Filant dans la mémoire
Et tu cherches à te faire oublier
A n'être qu'un air sur les lèvres
Des paroles à moitié sues
pour les jours de panique
humide
pour les jours
de noyade
d'océans 
de ravages
et la flamme 
la
première flamme
te passe sur le front
te brûle comme une bougie
Tes yeux alors
prennent la couleur
des plantes étranges
tropicales
ont cette couleur
amoureuses 
dans l'incendie
Tu me manques de cette drôle de façon
familière de mes matinées
Tu me manques comme ces mains inventées
Tendres, douces
Captives douloureuses de mes rêve
effacée par le réveil assourdissant
Comme si la rosée tendrement
Broyait leurs os
 d'encre
Je pense à toi
A ta bouche mutine
et ton regard à la fois,
je ne sais comment tu fais ça
le ciel et l'enfer en même temps
ton regard fier et inquiet
et c'est comme si alors on devinait dans tes yeux
Le monde, le monde infini
des gestes recommencés toujours par les mêmes gens
et les phares des métros
et le bruit de la ville
comme si le monde infini
était pour toi en même temps
mort et naissance
mers et périls
tendre douleur
et 
joies furieuses
Je pense à toi 
à mes doigts tremblants autour de toi
et je ne parle pas encore
je ne parlerai plus même
de ta peau mortelle
de ton dos de ton ventre
de tes seins
je ne parlerai plus de tes baisers
et du désordre de tes cheveux
et quand j'écris mes doigts tremblants autour de toi
c'est autour
de ton coeur nu
déshabillé
offert
gigantesque et fuyant
comme un soleil désolé
de s'être trompé d'heure
de saison
et s'écarte humilié
par la nuit
la pluie
la neige
c'est de ta mémoire
le grand minuit logé en toi
et les aiguilles éternellement figées
à l'heure des désastres
où je vins peut-être
te rendre visite, et pousser de toute la force de mes hurlements
de ma cruauté de gosse insoumis
les heures immobiles
et nous sommes arrivés au matin
Jusqu'à quand ?
Ne t'excuse pas
Ne t'excuse plus jamais s'il te plaît
Devant personne 
Ferme ton oeil soumis
Garde ouvert la moitié fière du regard
Et dévore le monde
De tes cils violents
Comme le vent du nord
L'aquilon les mauvaises nouvelles
oublie moi même
ignore moi
en te moquant
ris aux éclats
de mon souvenir malade
de mes mots
de mon désir d'enfant
étrange
de tous mes gestes ratés
peureux
le mal de mer
à l'approche de tes côtes 
Tremble et sois plein de cette force sensuelle
qu'à minuit tu prends à ce je ne sais quoi
invisible à mes gestes (des farces) d'enfant
Avance et durcis tes cuisses, quand tu marches à la rencontre
de ce drôle d'infini libéré par toi quelques minutes par jour
emprisonne le sous tes ongles courts
dans tes bras durs
Ecorche le
Et ris, ris, ris toujours de ce qui ne vaut rien
les promesses des hommes
l'ennui de leurs souffles
tout leur corps parfois si semblables à un immense
Ronflement
Ou
Bâillement
Selon qu'ils ont joui
ou pas.
Je veux te voir pour te dire
Comment bougent mes mains dans une mémoire
Et comme il faut se méfier de la pluie imitée
De la salive des étoiles
Je veux rire
et lire
avec toi
Tout ce qu'il y a de terre stérile dans le monde
et dans un mouvement acharné fabriquer des fleurs de sable
Puisque nous savons aujourd'hui que rien plus jamais ne poussera

 

Posté par boudi à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2013

Quand le vent dans la neige

Je veux toutes les choses au fond de vos yeux au fond de vos bouches au fond de vos veines

Le chemin calciné de vos voix

L’iris dilaté par la peur et la langue humide de nuit

La belle angoisse quand tu renverses ton corps et l’alcool

Le frémissement de ton haleine quand tu approches

La buée de tes bras autour de la taille
Toi, drôle de brume d’une saison qui n’existe pas

Je te veux
Toi et

Les cris et les baisers et les pleurs et les joies et l'infini et le ciel effondré des paupières

Les traces du chant dans la peau les ongles dépeints la pierre effritée des lèvres

Je veux le

premier balbutiement

De l’alphabet, la musique

Le saccage des montagnes et les mers calmées

Les bec cloués

les corbeaux gaspillés

Par la foudre et la chasse

Le feu roulant des baisers

Le cri de mitraille quand deux corps

S’aiment se délivrent se perdent, se cherchent

Dans le noir complet, partout

Eclairé par la bouche ouverte

Rouge-rose-pourpre (lumière à la fraise, à la braise, au poivre)

 

J'ai entendu souvent la promenade nocturne

des chauves-souris

accrochées peut-être à des ronces mentales

à des épines de roses prises pour les cheveux longs parfumés des filles amoureuses

 

et je connais le drôle de murmure qu'on dit toujours quand il est la nuit

qu’on a retenu les pleurs en se croyant hier

Sur le calendrier
Je connais le mot dit à l’heure erronée

Le prénom maudit qui blesse la bouche

Brûle la langue

 

Souvent comme dans un rêve passèrent devant moi des amoureuses avec sous les bras une porcelaine en miettes, une sorte de coquillage brisé très semblable à un coeur

Souvent des amoureuses passèrent devant moi

Comme les étoiles du rêve

Pâles déchirées hésitantes

Malades de cette drôle d'angine blanche qu'on attrape

Dans la saison glacée des cauchemars

La sueur crépusculaire

L'effroi la terreur

L'hiver muet

Sans même un murmure de chaleur


Je veux moi l’interminable
Profondeur des pupilles
Le souffle chaud

Dans les paumes glacées

La vie passée comme une insomnie

Toutes les formes étranges du rêve et

les gestes inconnus du veilleur

Trésor indéchiffrable des somnambules

Enfin dehors la lumière recommencée du jour

Et le soleil se lève lent élégant pareil 

Au pas épuisé de l’amoureuse, le lendemain

Du verbe

 

 

La lumière recommencée du jour les yeux fermés le coeur vivant

Je suis amoureux des images et j'irai à travers tous les déserts, ces sortes de miroir, à la recherche des mots dangereux où l'amour se baigne. Je ne crains rien des tempêtes de vivre quand le vent dans la neige trace la mémoire

 

Posté par boudi à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]