12 septembre 2014

L'orme du val

 

l'âme éclot en moi le fit par chemins tortueux
Jonchés de ronces brûlantes
d'échardes vénéneuses et de pierres tranchantes
L'âme éclot en moi se fraya route à travers ce maquis d'ombre
cette douleur que fut ma vie pendant un an dur et amer comme un siècle de bataille perdue
dur et amer comme cent nuits d'insomnies.

 

Et je ne puis imaginer désormais votre langage autrement que bave gluante et mauvaise
votre bouche cloaque infâme où les moustiques paludiques grouillent et s'accouplent
comment imaginer désormais votre parole dépouillée de ce bourdonnement là
Dans les "bonjour etc" j'entends désormais ce bruit terrible et votre bave,

bave plus néfaste encore que les marais méphytiques 

coulant

toc

toc

toc

alors j'entends à chaque mot dit

"toc

Bzz

toc

Bzz"

oh le drôle d'Opéra appelons le "les copains d'abord" c'est à propos. 

Pour évoquer la puissance de la descente de croix de Rembrandt, Théophile Gauthier comparait sa vision à l'éblouissement de celui qui sortant d'une pièce sombre tombe sur la lumière vive de midi
et j'utiliserai pour décrire ces quelques mois de mon existence la métaphore tout à fait inverse
la réduction à rien de la lumière du monde
Et cette cage infâme d'obscurité où je me débattais en silence
Mes cris aphones toujours à buter contre le baillon de ténèbres
Le désespoir et l'impossibilité à vivre prisonnier du puits sans fonds
De l'abîme sans joie
Oh l'enfer est préférable à ce creux obscur
Le feu au moins y fait semblance de jour
Pourtant je l'ai dit sans cesse
La terreur en moi
Le janvier glacé dont j'étais hanté
Un janvier cruel
hiver gelé et sombre
A oublier la couleur du jour
A perdre le sentiment de l'aube
La misère et l'ombre enfonçant en moi leurs dents glacées

et moi j'ai traversé ces forêts infernales obscures et bruyantes de danger
à la fin de ce tremblement
au bout de cette nuit, oui j'ai aperçu un trou de lumière dans l'épais feuillage 
Oui entre les ventres gargouillant de faim des loups et les chênes à visage
J'ai vu de la lumière et je m'y suis jeté
Avec une force que je ne me savais plus
Je me suis jeté avec cette énergie qu'on dit toujours du désespoir
Et doucement dans ce corps exsangue la chaleur du soleil recommença son labeur
Doucement la vie et le goût de la vie en moi germant
Et cette florescence de moi
Ces roses ce printemps
Vous crachez dessus comme sur du chèvre-feuille
De vos mots criminels vous désherbez
Ah la bave 
La bave acide qui fane le lilas.

 

arraché au péril c'est de scandaleuse manière selon vos lois nulles
personne ces nuits terribles ne me chauffa de l'espoir même du jour
personne ne vint dans la chambre solitaire
contre les murs peints de noir
personne n'entra avec le souvenir du mois d'août
Alors j'ai survécu
Sans vous

et votre confort moral aheurté vous force à ces robes de juge immaculées et sur votre bureau propre
On ne saigne pas
On ne saigne pas et toutes les nuits une bonne passe son plumeau et débarasse les miettes d'homme assassiné
cet homme tous les soirs c'est moi
Débris de "je"
éparpillé
Et pour la lumière vous avez la lampe de chevet à abat-jour vert (il faut bien interrompre, tout de même ces lueurs, pour juger sévèrement, implacablement il faut pénombre, autrement l'homme apparaitrait parce que l'ami il faut le dire au premier jour du procès on lui arracha le titre et la tête; alors on comprendrait, on chercherait à comprendre).
Mais vous quittez le tribunal par la porte dérobée
et vous atteignez ce point de vous, on dirait, et vous la franchissez la main moite et la bouche sèche
Parce qu'on n'accuse jamais que pour se défendre, parce que 
Toi tu dis "on ne fera jamais comme ça, NOUS" et dans ce nous tu portes un crime immense
un camp d'extermination comme on en a plus vu depuis mes plus affreux cauchemars
et tu as tort.
Et toi c'est autre chose c'est l'indignation morale tu te sens floué par tous les gestes
Alors tu reprends toute mon histoire et tu changes un mot pour un autre tout le long chemin de toute ma vie
je deviens monstrueux
on me voit une moustache sèche et le début des cornes.

Pourtant vous ne savez rien
Drôle de tribunal où l'on invite jamais le condamné à s'exprimer
Drôle de sentence celle muette
Toujours surgissant pour meurtrir le corps absent
Et je n'imagine pas ce double de moi ce reste de mon ombre tant crucifié par vous et sottement
J'aime la croix et ne puis vivre sans son faix
mais ces gibets postiches
Ces imbécilités ennuyées gardez les hors de moi
De ma chair réelle et de mon être fantasmé
Vous n'avez rien compris depuis le début
Et cette histoire inventée me dégoûte bien plus que vous n'êtes dans votre aise morale
Qui d'ici ressemble à un cabinet sale
On a pas tiré la chasse.

Vous avez imaginé, inventé, parce que c'était vraissemblable et possible
Parce que parfois, même ce fut vrai
Vous avez imaginé et c'est barbare 

Posté par boudi à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 septembre 2014

je t'écris

je t'écris pour feindre les grands sentiments amoureux et t'attirer la nuit (sans couteau, je préfère le crime à mains nues, une sorte de tradition religieuse) dans un coin d'ombre dangereux. Je ferai de grandes phrases lyriques Des tremblements de coeur Mes mains gémiront de joie à l'idée de toi mais tout sera faux c'est le métier d'acteur échappé de mes gestes et toi, naïve et dupe, tu te laisseras mener dans ces renfoncements mauvais et dangereux Le plaisir te laissera comme une morte puis dans un grand éclat de rire j'oublierai tout de toi les gémissements du soir la peur dans tes yeux et ta lèvre périe

Posté par boudi à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]