si nous trouvions la parole la première parole d'un monde non-débuté
pas le verbe celui de la bouche de Dieu avant lui même né
ce remue-ménage de la lèvre d'un autre que lui cet antérieur
avorté la main aiguille douloureuse remontant le long de la trompe
de Phaloppe chemin tout étroit de la vie à commencer quelque part
au milieu pourquoi pas interrompue sans cesse comme décharges
électriques saccadées le sexe dur devenant flasque va et vient
du sang et les images dans le cerveau quoi enfle le premier si
tes doigts sur ta verge glissant où à toute vitesse le magazine
furtif tourne c'est passé de mode déjà ces contorsions des
peep shows tu te touches aujourd'hui avec moins de vice devant
ton MacBook quand à l'heure de déjeuner ta mère téléphone
c'est le week-end elle prend de tes nouvelles Oedipe
bizarre quand une fois à ce moment là voyant
Maman sur l'écran LCD du téléphone portable
Tu jouis ça te hantera pour longtemps ça tu
verras tu n'aimeras plus jamais comme avant déjà
tu ouvres l'onglet MILF naviguant youporn pornhub etcX
tu conjures tu te dis c'est la curiosité seulement elle
pourtant déjà tu promènes moins les yeux sur les culs de ta
génération tu as ce je ne sais quoi dans le bide
quand tu aperçois la dame-pipi ses 50 ans ses yeux
à fumer des gauloises

 

(mais tu ne comprendras pas ce poème la chute du premier jour Dieu du néant surgissant l'ange engendré de sa salive la parole puis l'homme et la salive grumeaux révoltée la chute tu n'y comprends rien tu crois encore au roman de Camus et tout s'achève là pour toi mais tout commençait
Nombreux ceux-là en bordure d'être dans l'infra-vivant)