23 février 2017

Word War

TU marchais à contre courant toute la vie tu l'avais passé de mauvais côté du langage à croire ta parole la plus idiote parole le fruit d'ubn eintelligence grandiose vraiment depuis que tu es adulte tu n'as pas dépass" la barre des 14 ans tu croyais allant à laventure, franchissant les fronitères, l'avion la premère fois qui te secoue et la peur pa nique d'en crever. Comment as tu survécu d'ailleurs à ce tremblement de ton coeur la palputation de tes veines, ouais, la peur tu te souviens maitenant la première fois Flora qui te regardait droit dans les yeux et toi cherchant secours partout ailleurs, le tableau noir, le ballon de football tu n'auras jamais su craignant tout s'il y avait entre vous l'amour possible ou la haine le sentiment quoi. Tu as toujours tout fui avec ton regard de fou furieux l'absolu tu le trouveras ailleurs dans une chambre à tarif, affiché sur le site web, tu envoies un email un texto Bonnie te répond pour une heure oiu deux, ta vie de merde oubliée la coupe de chamapgne entre les cuisses de la plus belle femme d'internet. Tu respires mal c'est les pumons encrassés te dit le médecin, tu fumes une clope en sortant pour arrêter le mouvement rapide de tes mains, tu fais tomber la cigarette une première fois, tu la ramasses toute humide. Tu as encore peur aujourd'hi de tout ce qui peut t'arriver, elle est néfaste la vie pour toi, ce cancer presqu'une bénédiction tu vas vendre la voiture, la maison, les gosses, merde tu ne vis pas dans ces lieux de barabrité ou les enfants comme les moutons et les femmes sont à vendre contre quelques dollars, tu as remarqué toujoours on parle en dollars dans les pays où tout se vend sauf l'honneur trop précieux et pour lui plus que pour l'homme on tue on assassine on dévaste. Ces pays furieux toi et ton cancer et si pour deux semianes tu en rejoignais un tu sais comment ça marche, tu t'engages dans l'humanitaire tu prétends que tu vas sauver des vies, l'arméee des tigres kurdes te forme au maniement des armes, tu apprends à démonter et remonter un AK 48 en moins de 5 minutes, tu es prêt à tuer toi que la mort ronge et guette. Avant tu en emporteras avec toi dans ce grand périple la tombe tu n'iras pas tout seul et si tu dois les retrouver tous ces monstrueux assassins avant toi vous boirez une bière enfin ils y ont droit à l'alcool aux putes et au reste à tout enfin parce qu'ils ont mis leur vie sur une croix moderne sous les bombes américaines avec le drapeau qui laisse une marque dans le sable de la Syrie.

Ca m'obsède ce putain de pays de cendres tout près du pays de cèdres; Ca pue, la mort, le cadavre, l'odeur de viol, l'hélico de plus en plus proche et lev ol bas des MIG 394. J'avance à découvert plus peur de rien, je crache du sang depuis tant de jours aujourd'hui que je ne crains même pas les balles des snipers elles ont peur de moi elles aussi me frôlent et m'effleurent allez encore un rail de cocaine tu ne sais même pas comment le trajet elle l'a fait de COlombie juqu'à Alep c'est incroyable. Tu voudrais qu'lele tre craonte son hiustoire c'est ça lé défense vieux frère. Tu dis tu à toi même t'es vraiment taré ça s'arrange pas, tu vas voir dans une flaque de sang ton visage, ç te fait marrer on ne croirait presque pas ta vie respectable auparavant ton crédit sur 40 ans et ta femme sn embopionbt tu te souviens la téléviosn allumée pour le journal de 30 h putain c'était pas la vie

Ton cancer t'a sauvé la vie c'st incroyable maitnenant tu es prêt à tout. Tu baises à tout va, tu prends les culs, tu prends les obouches tu tte vides n'importe quand esclaes ou cosnentatnes tes 5 femmes desp utes dans ta tête Bonnie réincarnée dans ce pays de souffre et de bombes. Tout pète autour de toi les immeubles comme des falaises les jours de tremblement de terre qu'on retrouve en miettes. Ce bazar interminable de Bagdad tu as traversé la forntoère du Cham le levant tu as toujours voulu voir ce que c'était. Tes bras ont gonflé comme si chaque mort s'y ététait réfugié pour l'agrandir, le dialter et tu pourrasi surmenet tuer aujour'hui avec les mains. Tu le feras dans deuyx jours pour tester ta force, tu avanceras à contre balles et tu verras si tu le brises

 

PUtain la professeur de mahtémaitques tu en as rêvé cette nuit cett epute qui te disait que ut n'arriverais à rin si elle savit tu te bats auojuyrd'hui dpour la liberté d'inconnus tu butes du terroriste à foison on a aprlé d toi dans le figaro tu es un héros tu saignes de plus pen plus du poumon droit ou gauche comment pourasi tu savoir tu t en doutes y a plus d'hoiputaux quand les bombes russes et américaines indesticntement entre dans ce ballet superbe des sons et des morts. Tu es le héros, ce français sacrifié pour la bataille des autres, ah si'l savait ton humanisme à deux balles, vraiment il fallait être naif comme eux pour y croire; Tu t en branles de tout, tu es un petit chef, n quasi qualif si tu en sors tu reviendras triompahnat mais non reviens pas tu creveras là bas avant tout mais si reviens reviens et baise officiellement toute celle qui tont di non une fois ou peut être ou je ne sais pas ou comme sil elle navait pas entendu alors passe moi le seul

 

Il est revnu à paris trilompahe le président de la république toute la clique miniustres et préféts pour lui remettre la médaille du mérite il titube en descendant ed l'avion tout le monde se dit l'méotion la paix il n'en a plus h'abitude et ne pensait pas qu'ici aussi c'était la même sauvagerie sous lesc omplets veston sous les sourires gentils et le spolitesses ce monde de brutes. Mai sil ra niquyer AU plaza cette nuit au Ritz tout est gratuit c'est un héros, les seins les culs qui défilent il n'ya a que ça désormais et c'est très bien. Sauf le sang qui remonte ç sa gorge on croirait que c''est un presque eegorgé le couteau des bourreaux là bas ça a du le froler et désormaius il en saigne juysqu'a sa presque mort. Sa vieille femme toque à la porte CAsse toi sale pute je taime pas tu tétais la piur mes couilles quyand hje 'navais nulle part mieux ou les vider es gamins je vous hais vous me ressembler trop une bande de ratés pendez vous je vaius crever je voudrais une bombe qui emporte tout; Alors il se rend au paais de lelyssée l'air de rien ses bras maitnant ils peuvent tuer et alors alors à ce moment tout près de lui dans une fausse étreinte amicale le bute si vite personne n'a rien compris il dit un malaise, les premiers secours vite et se saisit de l'arme attachée à l'épaule du merceniaire engagé et il tire sur la foule ah livresse et les balles encore l'évite lui il tombe dans les ors les tapius rouges le cancer qui le vainct au milieu de sa gloire sa couronne le bel homme

Posté par boudi à 22:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]