23 mars 2017

La solitude de l'écrivain de fond

Ce dans quoi je m'aventure est horriblement douloureux et je n'imaginais pas une entreprise poétique capable d'à ce point faire souffrir. Il y avait bien entendu auparavant la convocation des souvenirs extrêmes et les larmes qu'on y associait et les nuits blanches passées devant la lumière bleue de l'écran ; bien entendu nous avons tous connus du prince des poètes aux très acceptables poètes les douleurs articulaires et le dos voûté. Seulement la comparaison entre l'arthrose et ce qui m'arrive en ce moment me paraît sans objet. Dans le même temps il y a quelque chose d'un peu honteux à parler de la souffrance subséquente à la poésie, quelque chose d'un malaise un peu bourgeois.

puisque nous sommes dans le quasi-lyrisme disons le ce mot : la souffrance
et double même la souffrance.

A cause de la nouvelle forme de la poésie je dois penser avant d'écrire et ne dire que ce que j'ai pesé, a priori. L'amoureux des images gratuites que j'étais a du mal à se faire à ces rigueurs là. Et là où l'image gratuite donnait l'impression de traduire un sentiment intime et que parce que traduction du sentiment intime ne pouvait être retranché sans mutiler le sentiment...ici il faut retrancher, corriger, rectifier sans cesse tout ce superflu.
Je porte trace encore de celui que je fus, aujourd'hui, moi, continuateur de ce visage même pas accroché aux murs.

Le superflu concerne le plus souvent des passages explicatifs ou des commentaires de moi à moi même, des sortes de blagues si privées qu'elles ne sont intelligibles que par moi, et ces explications et ces commentaires peuvent avoir une certaine légitimité abstraite, ils brouillent le sens sans que ce brouillage n'ait de lien avec le texte à lire, sans que cette obscurité n'approfondisse quoi que ce soit ou ne renseigne sur un non-visible.

Sortes de repentir du poème ; volonté d'exposer sa démarche pendant qu'on la commet pour signifier combien ce que l'on fait tout de même c'est spécial ; passages par nature artificiels.

d'autre part et surtout je ne dispose d'aucun lieu de sociabilité correspondant à mon tâtonnement. Mes textes ne trouvent de lecteurs qu'ici et les lecteurs d'ici sont bien incapables de m'évaluer. Les critères d'évaluation des lecteurs d'ici ne valent rien et selon moi rien absolument. Les critères d'évaluation des lecteurs d'ici oscillent entre la critique Telerama sur le dernier CD de Louise Attaque et la conception de la poésie de 1920 chez un blogueur sans intérêt.

Mon rugissement d'antan, bien vain, valait protestation contre ceci. Refus du refusé refusant sa condition d'exclu. 

Ne disposant pas de lieu de sociabilité valable je ne peux connaître la valeur de ce que j'écris. Ce que j'écris me coûte en énergie en pensées et en obsessions ; j'ignore pourtant sa valeur ; si je puis m'obstiner ou si ce dire vaut un rien dire. Je suis prêt à accepter le silence commandé depuis un extérieur légitime. Il n'y a pas d'extérieur. Aucun.

Bien entendu quelques un des amis me lisent et leurs remarques m'aident à me préciser si tant est que l'on puisse soi approcher de soi-même. Leur amitié, je le sais, n'adoucit pas la critique pour me la rendre supportable. Elle est exactement à sa taille.
Mais ce groupe qui m'entoure fut-il constitué de juges valables ne suffit pas. Un groupe d'amis partage le plus souvent les mêmes conceptions esthétiques, le même fonds culturel. Il ne peut donc être qu'un juge partial à cause que ses lois sont mes lois sans que nos lois ne soient les lois du monde ; mes amis ne rendent pas compte de la diversité du monde. J'entends diversité dans un sens restreint ; limitant cette diversité à ceux plutôt semblables, plutôt cherchant où je cherche. Donc non pas les gens d'ici. Diversité non équivalent à le monde entier, mais à certains auteurs que j'estime et dans lesquels je me reconnais.
 
J'exige parfois, en une prose hostile, les réactions hostiles de certains ce qui vaut mieux que l'absence de réactions. A ce moment le plus difficile est de bien doser l'hostilité. Trop : c'est le chant de ruines le libelle au mieux et l'injure au pire ce qui est une perte de temps pour tout le monde ; si l'hostilité est trop menue elle m'offre l'indifférence ou la mièvrerie qui ne servent pas plus que la guerre. Je ne recherche rien d'autre que la friction d'un jugement sur l'objet du jugement. Pas d'amitié, pas de haine. Les sympathies ou les colères ok mais dans un débat. Je n'ai besoin ni d'ennemis ni d'amis.

La parodisation facile de 95% du style de tous les écrivailleurs d'ici me conforte dans l'idée qu'ils sont des écrivailleurs. Je reproduis à la fin de cette plainte là ; la plainte d'eux imitée ; nulle comme l'originale.

Une personne, que j'estime plutôt, a jugé l'un de mes poèmes "trop bizarre". Le mot de bizarre est au choix une suspension du jugement face à un objet inconnu soit une forme, timide mais réelle, d'exclusion-négation.
Le mot de bizarre indique ou bien l'impossibilité d'appréhender un phénomène étranger ou bien le refus de l'intégrer aux catégories connues et par là, nécessairement, le nier.
Ce poème bizarre explorait les possibilités techniques du support virtuel. Il étendait le poème hors du poème et faisait signe, tentait de faire signe, vers autre chose que le simple texte inscrit.
Racontait dans un premier temps la possibilité de dire un "hors-le-texte" en demeurant textuel, puisqu'il était encore un texte inscrit comme tous les textes inscrits ; mais aussi donc un en dehors du texte puisque de nombreux mots renvoyaient vers un autre contenu textuel. Cet en dehors s'il présente les propriétés objectives d'un texte (un contenu linguistique inscrit sur un support matériel) est aussi le "hors-texte" du poème-bizarre puisque ces "autres textes" ne sont lisibles qu'après une manipulation du lecteur.
Racontait aussi, par la combinaison entre eux ds éléments extérieurs au texte, sa propre fable. Formait une sorte de puzzle, une combinaison de fragments possédant un sens propre, indépendant du premier texte et n'ayant de lien avec lui que parce qu'il en était la source.
Ce poème souffrait de nombreux défauts et, à cause de ce que je ne dispose pas de lieux de sociabilité adéquats, je ne peux juger sa qualité ce qui est monstrueux et le rend, pour l'instant, parfaitement inutile.
Au mieux je puis exposer ma démarche en vue de rendre intelligible la bizarrerie à ceux, qui de bonne foi, souhaiteraient l'intégrer à leurs topos. Au pire il reste là comme ça.

J'aimerais que ma poésie ne se regarde pas le nombril et rien n'est plus difficile que de ne pas se regarder le nombril lorsque l'on est, comme moi, content d'être soi-même. Encore une fois cet aveu là me provoque un plaisir narcissique et l'on pourrait à l'infini dire ceci de tous les aveux suivant l'aveu de son narcissisme. 
Ecrire dans la solitude, sauf peut-être une certaine forme, une forme qui ne dit pas le monde alentour mais le monde en soi et de soi, ce monde de la présence ; écrire dans ma solitude ne permet de se juger soi-même. Et ou bien content comme moi l'on se dit que c'est très bien ou bien fragile, inquiet de soi-même l'on veut tout effacer d'un coup. Comme moi, encore.

Bien entendu je doute et je veux tout arrêter parce que ça n'a AUCUN sens à la fin d'écrire. Parce que faire de la poésie sa vie et le sens de sa vie paraît crétin. Bien entendu je ne dirai jamais que la poésie, pour moi, n'est pas une affaire sérieuse. Elle l'a toujours été sauf aux moments de caricature lorsque la poésie n'était qu'un titre, un passe-droit, une identité factice (et c'est le cas de beaucoup ici, on entre en tant que poètes, on se reconnait avec son habit de poète et ça me met en colère parce que je suis bête, parce que je suis adolescent, parce que je refuse d'être tué)

Cette deuxième souffrance vaut bien pire que la précédente. La première ce n'est qu'une douleur physique consécutive à un changement de pratique, un faux-mouvement du cerveau.
La solitude de la seconde me tue.
Pour les autres là à la fin ils peuvent bien, comme ils le veulent, être contents d'eux-même. Recevoir pétales de fleurs et tout le tintouin du succès minuscule. Si je trouve ceci regrettable ça ne regarde que moi. Si je proteste contre la négation et la norme totalitaire qu'ils induisent ça ne les regarde qu'à concurrence de leur blessure. 


Les poèmes carricaturés :

[size=12]Mais l'été qui monte doit bien servir à quelque chose
sinon pourquoi cette bouche ma bouche écrasée
rouge une cerise mordue le jus sur les lèvres
Aux amours peut-être dans cette gare infâme
De la première fois quand tu dis adieu pour rire
Sans jamais te retourner ce train je l'imagine sans
arrêt filant à travers rails, terres et villes il devra
repasser par ici et j'attends l'été le retour de l'été
Il doit bien servir à quelque chose l'été pour qui
vacille la bouche rouge trop mordue je serai
vieille avant nos baisers retrouvés le ventre
vide je ploie et battent les membres des enfants
non-nés l'absence de toi que je porte en moi[/size]

[size=12]
Près des villes sans nom
Les amants marchent pas légers
De Sofia à Antioche la musique
Monte et ils dansent 
Les corps s'arrangent jolis
La radio gémit une émission
en langue inconnue[/size]
[size=12]Au matin la lumière
habille la fille sans nom
et l'ombre le garçon
Avant que la bruyère
sous leurs corps légers
feule[/size]
[size=12]Tu aimes quand le train
lentement quitte la gare
Tu aimes
le mouvement des roues
transmis à la voiture-bar
le tremblement du wagon 7 
où tu es assis après avoir cherché
La place 45 tu as dit excusez moi
je te connais par coeur et tu as
choisi la place du couloir pour ne
Pas déranger je te connais par coeur
Quelques pièces de monnaie
De quoi acheter un sandwich
un coca peut-être cet endroit impertinent
tu y ignores le prix des choses
Cette nuit mon ombre et ma voix
Je te les ai données qu'elles te suivent
longtemps 
et te gardent de tous les dangers tranquilles
les périls sordides l'Egypte à pas de loups
et les saisons circulaires comme des planisphères[/size]

 

[size=12]Artémis à la robe pâle ou Diane les lèvres rouges.[/size]

Posté par boudi à 14:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]