30 mars 2017

A toute allure

Je reviens ici c'est le plus souvent pour le plaisir l'expression de l'être social contenu en moi et dans l'autre forme là je domestiqué ou du moins si abstrait qu'il en perd nerfs bouches et toute la constitution physiologique de l'être humain
abstrait tête
sans yeux
réseaux des neurones lui moi
Ici je retrouve la joie de moi-même peau à peau épaule abouchée au miroir
rythme un deux trois
ici je retrouve aussi toute ma haine
l'odeur de brûlé quand à son contact l'autre
l'autre monstre
l'autre nul
flambe comme le poème flambé
façon 1920 pavlova du restaurant à peine ouvert
revisite les plats d'antan le calicot fait maison inscription au Gault et Millau
Moi en tranches ici en blocs gras amaigri en blocs quoi de moi moi
c'est toute la vitesse ici le virage dangereux de la fin des syntaxes ici moi à toute allure le volant vibrant la vitesse toujours plus grande la pente sinueuse dans le vacarme des montagnes
tremble l'arbre dans la f^ret
tremble encore les vieux os du 
                en retraite il y a deux jours marre du monde
le tas de bois mal enflammé la boite de conserve les traces de dents faites sur le couvercle par l'ouvre-boite mécanique
la pente raide toujours raide et la vitesse 
qui me prend vrombissante vitesse les tournants 
droite 

puis

 

gauche

 

droite

 

puis

 

gauche


perdu le sens de la distance

à


le crissement contre l'os la paume râpeuse les lèvre sèches un coup de langue
dans
le virage
la vitesse 
emporte le 

 

Posté par boudi à 13:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]