19 mai 2017

Alma

Je     ce       veux
        si je veux tout

alors
je peux tout et tout est à moi


sinon    rquoi écrire ? 


pour quoi faire si non tout si un peu à peine si ramer dans le néant si comme un travail non je n'aurai pas de chef pas de maître non je ne dirai pas oui
                    je ne 
pas posthume
                                tout

 a    lesse en miettes en poussières
mon poing qui monte descend
gorge ventre entortille poing la viscère

                    point
l'entraille                j'aime quand ça pue
            après le sommeil
la peau qui colle fais semblant de dormir
            on te hante déjà feins sinon
a r e u h 
vomis le lait menstruel
                    la lèvre adipeuse
le mot-langue

je voudrais te piétiner sous mes bottes cloutées
                de tête de morts
en       serpment

                                                tout ce qui n'est pas assez
pas
                    assez
        ma colère

je t'appellerai un jour
                voix douce ma voix
mes mots durs comme si pierre fer rouille
comme si calcul la langue
            je suis dur
et j'aime
plus souvent
que je ne hais
je confonds 
ma main et le ventre
    dors

 

Posté par boudi à 20:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]


08 mai 2017

Asymptome

Devenait dense écrasant
               plus épaisses les particules
dure la rsprt dans les marais               ombre
                    mains disjointes
                                ou
quand la phrase reboote le vers abandonne
                l'orgueil du sens     

si tu                                   t'étrangle
                   c'est je
            soie

où es tu quel vacarme aujourd'hui tu produis le vroum vroum d'Alma dépassant le berceau l'école les areuh premier son devenu signe image
qui se rend à l'arbre universel
cette foule de feuilles 
                    par la main carnassière

je                      fissuré               trop long

                    ça se brise en des morceaux inégaux réunis le puzzle disloqué tu comprendras quand ?
ce n'est pas ce que tu crois
                    le corps
            pas
                                                        trois dimensionné                 avec 
cheveux pâles recommencera un jour     fièvre ton feu ton ---ce blessé signe du carnage à venir et le cimeterre levé shlack glou glou le coup percé d'une rose morte

haha
                 fous      ensembles        tremble  blessure 
     la paume ouverte dans le sexe piétiné dents déchiquetant l'utérus 

        sang

eux                     la naissance qui monte par là
se faufile l'enfant dans les battements ovulaires

 

Posté par boudi à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]