30 décembre 2019

De quelle couleur ta peau

Je fume des Craven A
Au Mont-Valérien il fait froid
La vapeur devant moi
mon haleine peut-être
celle de décembre le
décombre 
de la clope.

je me sais
dans l’air immobile
le plus heureux
de la Terre

Le malheur a
passé 
Nous étions à table
Au comptoir 
A gratter les tickets de loterie
Je ne sais quel gain
le loto 
Quelle perte à nouveau
à la course
je ne sais
Tu es parti

j’ai senti la porte battante du café et le vent
à ma droite à ma gauche
l’absence
de malheur

trois mois quatre peut-être
trois ou quatre mois
plus long que l'été
sans une seconde l’envie
de crever
finie les imaginations
les bords de mer non pour la bronzade
mais pour le périr
fini
fini
l’imaginaire
et son bain de cyanure


De retour un jour peut-être
vieil amant qui croit sa place
scélérate
gardée dans le pieu
ah vieil amant ridé
revenu 
de son voyage tropical là-bas semant malaria
ou bien mendiant lourd chargé des maladies des rues

tu n'entres pas
triple vitrage des fenêtres
et plus stricte vigilance
le rire de l’amour
tu n’entres pas


demeure le débord
bien sûr
la gorge percée
par le hurlement nocturne
vieux chien-loup 
on ne change pas
le pelage
interdit l’écorchage ma chair


tu continueras toujours ta démence sans malheur 
oui
le débord ce n’est plus le malheur le six pieds sous terre même à la surface.

cris CRIS Cris
pourtant
Merde
seul regret
vieil ivrogne jeûneur
et l’amoureuse blanchit
devant la crise sans objet
l’amoureuse dit
c’est le retour des tourments
le malheur qui revient en plein dans le ventre
ratant jamais la cible le malheur il a dans l’oeil 
le compas des inventeurs

mais 
cette rage
tu la domptes
la main tendre
la main sévère
l’amour
tes dix doigts 
sertis
tendres
sévères


douleur demeurée
douleur
douleur gardée
douleur
douleur mais 
de la vie non
de la mort-
p
                                      o
                                      u
                                                                            s
s
                                      i
                                      è
                                                                                                                  r
e
douleur
emplie d’amour
les pas sur lesquels
on ne revient pas
sur lesquels
nous ne revînmes pas

Vous
à quelques heures près
le même soir
vous trois
précieusement
égarés
manquants
la poche trouée
où vous filez

Je m’assieds parfois où je vous ai perdus
sans vous chercher
je m’assieds dans la mémoire

merci

du pouvoir intact d’aimer
merci
que je me suis trouvé
avec vous
pour vous
lourd lourd 
rocher tombal
aujourd’hui
P, V, M
poussée jusqu’ici
cette roche rouge
chaude
déjà d’autres vous
rejoignent
s’avancent
dans le bruit de sabot
lourd lourd
toujours son lourd
le pas discret
des disparus
en venir

ce n’est pas grave

Exposé à tous les vent
plus rien ne m’érode
me touche
puis se dissipe

J. de retour
comble dépasse
toutes les absences
recouds la poche
C’est aussi le vent qui est neuf
le manque ne fait pas mal

Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais


Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais
Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais Je suis heureux comme jamais




engouffré soi
se sentir point de passage
de
mille et mille gués
se sentir 
jonction
noeud
de la vie grouillante

Et moi-même aussi
axe
d’un autre noeud
traversant, arrondi
lisse
cette toute allure.

ce monde entier m’entre dans la peau
ce n’est pas chère la vie ce n’est pas chère ma peau

et je n’ai pas assez de mémoire pour vous tous


Les coktails du Red House 
puis Midnight Sister

E. rencontrée me donnera des places
pour le museum d’histoire naturelle
elle a promis

Oui.
AH
HA
AH
AH
et je voudrais crier dans les mots à l’intérieur des mots produire la fissure de la taille
d’une bouche ouverte et blessée                   le liquide langagier humide
crier ce bonheur cette joie la douleur de vivre
d’être heureux et d’y croire la confiance infinie
en la vie à venir et la vie même passée
d’où tu sortis meurtri
les mains en sang
la cicatrice sur
ton doigt
trahi




Jusqu’à la douleur 
ce bonheur jusqu’au
au mal au plaisir
fier sans honte 
malgré la maladresse
les tant pis pour toi
les tant pis parfois
quand ta dent 
a cassé a
rougi
ta lèvre
un peu de sang
mordillée trop fort
trop tard
(petit point de lumière dans le café sombre et tiède)

Le bonheur les larmes
tu ne sais pas quoi croire
les yeux les yeux toute la détresse
des yeux ou la bouche ou bien la bouche
pendant deux heures montrant les dents
féroce bonheur renard enfantin

c’est la mémoire aussi qui revient
             la mémoire aussi qui revient
                             revient revient revient revient revient
jusqu’au bout

Le tintement de ce verre provoque en moi
la jubilation du baiser
2010 sur la péniche
je ne sais plus quel prénom
prenait ma main
la glissait
dans la culotte
humide
retrouvant retrouvant
tendresse amniotique
surpris de me trouver là




que suis-je devenu incendie et
feu de camp à la fois
incendie si
le noir nous monte aux joues
à en crever de peur

dissipe incendie le cauchemar que toute cette vie 
avait planté dans ta vie

j’ai retrouvé
la vue

 

Posté par boudi à 00:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 décembre 2019

Sound of silence

quelle place quelle place je prends
moi voix voix VOIX 
VOIX
ON ENTEND QUE TOI
TOUTE LA VILLE
TE CONNAIT
T A I S T O I J
J
T
D
I
S
suis-je la fontaine place pigalle
clapotant
ou bien moi même ce monument aux morts
où silence ce péri
figure
lettres dorées
italiques comiques
entre mes omoplates

tué
silence
quelle place quelle place suis-je
et la fontaine place pigalle
ne fait aucun son
son
eau morte immobile funéraire
le pourtour de pierre
rien

//

Au café, vous deux face à moi et
j’étendais les jambes
basculant l’une d’elle par-dessus le bras du fauteuil
l’es   pa    ce   
   sec           sec
e              
              s
                            p
      a
c
e                  

     toujours

ain
si
ma jambe

flottant dans le vide
fine jambe fusée


nul temps mort ma parole roulant le feu roulant
alors sur  l’iPhone chercher spotify
booba
temps mort
écouter

temps mort

silence like a cancer grows

demander au chauffeur uber pool
de passer temps mort
Il s’appelle Hakim
il le fait

puis

Sound of silence déjà téléchargé
ne pas utiliser la 4G
mon forfait à 4,99 EUROS chez Bouygues Telecom
20 GB de data


sound of silence
p
artout

p
artout

                 p
artout
p
artout


SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE


SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE


SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE


SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE SOUND SOUND OF SILENCE SOUND OF SILENCE


appuyer sur le bouton repeat


disque rayé
l’iPhone                          S

désespoir de M-A         silence aucune chance
V. dit
Je ne sais quoi choisir
la détresse de M-A
le bonheur de Jonathan

(c’est celui qui est heureux qui a raison)
Hurlement
parvient
jusqu’aux muets
(vibration de l’air féroce)

Pourtant

Pourtant précieux à mes yeux le précieux moment du langage (yeux bandés) mené à l’impasse 
contre le muret s’asseoir voix exténuée
clapotante
écouter                                                                                       O
son des bulles
ce picotement à l’intérieur de la coupe
en verre
le mouvement inquiet
bruyant dans les yeux
du garçon
les lunettes frottant contre le nez
un sphinx taillé ordinaire
oncroirait

LA
…                                              
                             …                           
                                                          …
                                                                                       …
                                                                                                                    …
                                                                                                                                                 …
                                                                                                                
TAIS TOI
TAIS TOI
TAIS TOI
                                …
                                                                                                                    …
                                                                                       …
                                                          …
                             …

TAIS TOI
TAIS TOI
TAIS TOI


.
L’espace insécable, ce blanc, là
silence de la page dans l'espaçant tac tac tac
large touche
pour ne pas manquer sur le clavier
la possibilité du silence

(ne suis-je contaminé
piqué mouche tsé-tsé
du débit infini
somnambule la parole
et dans les rêves jadis
même nous parlions
Y. et moi
)
insécable
si facile sur l’écran
naturel
sa place une tabulation
la barre espace
selon
virgule point final saut de ligne


générer         
à
                                                 l’
inf                                 i
            ni
                                                                                                plus
 encore
e n c                o                                                                                                                r

e

e

e

e


TAIS 
TOI
TOI
TOI
TOI TOI TOI


TOI


T
A

une croûte le

si
en

e

gratte
te
grrrr





dans le dedans du mot
dans le mot même
à l’intérieur le ventre même des paroles trouver l’espace du 
taire 

le silence
c’est au silence
de faire
au silence
cassure
brisure au-dedans
du silence



Savez-vous le débordement périlleux toujours en moi ; ce que j’endigue entre les dents, dans la gorge, les pierres posées, là, jalons, faibles faibles herses ; si vous saviez les tentatives les échecs de boucher cette boucherie



silence like a cancer grows

je disproportionne


écrasé-je de mon flux vous autres et la femme adultère sauvée par Christ non encore en croix n’eût à souffrir grêle moins soutenue


Réside-t-il ce silence
au fond du douzième verre
le campari le whisky
rasade rasade rasade
TABULA                                                                                                                    TION
 RASA                             DE


ET pour silence
m’enfermé-je
silence
désespéré des cités


boîtes de nuit
un seul
deux seuls
sons
remuement hanches
la goutte de sueur
tombe
mais

like silent raindrops fell
And echoes
In the wells of silence





au fumoir
causaient des machins
pourquoi parlez-vous
je disais
pourquoi
je disais
dans les mains
TAIS TOI TOI TOI TOI TOI
TOI TOI TOI TOI TOI
TOI TOI TOI TOI
TOI TOI


à quoi bon bon bon bon
quelles fins
quel inutile
le langage morne
ce ressemble parfois
le fumoir ses débris de cigarette
ce qu’il est resté d’une cyanose
aux terrains cabossés des batailles




feu mauvais diable austère me courbe la langue cimeterre coupez coupez coupez la tête qui parle.

 

 

Posté par boudi à 01:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2019

L'oubli

 

début du poème2


 

 

Si j’entre, malaisé, dans le café ; franchissant avec gêne sa porte, il ne faut y voir rien d’autre que ma tentative de me mettre au monde. 

Entrés, Mathias nous dirige, dans le « petit salon », nous installe, de ces mots désuets des gens du service, à une place cependant trop bruyante dont nous changeons rapidement.

Au-dessous du luminaire art-déco, je trouve une prise où brancher mon MacBook air sa batterie ne tient plus qu’une quinzaine de minutes. 

Nous sommes venus ici pour écrire en groupe, 5 personnes. 

N’imitant aucune avant-garde, ne nous retrouvant là que parce que la grève entrave les déplacements dans Paris et que ce point central de la capitale permet la présence de tous. 
Si je dois arpenter cette écriture ce n’est qu’après mon installation sur une chaise et une table, après avoir branché sur le secteur mon ordinateur, après avoir sélectionné, sur l’écran de l’ordinateur, le réseau wifi « zimmer » le mot de passe zimmer donné par Mathias (en minuscules, il précise).
Success.


C’est un bon début.

 

localisation dans le café

 

Je me translate

corps

réduit à main

déployée

curseur de souris

sur l’écran

 

 

227FE476-2537-4C24-A3C9-5BF8A7D6205F

 

 

 

 

Mon déplacement dans l’espace physique se réduira au glissement du doigt sur le pad, à l’utilisation des raccourcis claviers (cmd+n pour une nouvelle page, tabulation etc) et aux touches enfoncées.
Navigation facile, géographie apaisée, sans compas, étendant à ma guise les bras dans ce monde là, touchant sans effort les confins de ce globe.
 

Pourtant ma liberté que je crois totale aussitôt s’interrompt. Le puissant outil technologique à ma disposition me permet d’atteindre chacune des 30 000 milliards de page que google indéxe. Pourtant, mon corps soumis au pourrissement, à la faim, à la fatigue et à la mort m’interdit de parcourir réellement cette étendue virtuelle

J’ai encore un corps.

Je n’en connaîtrai qu’un fragment

accroissant

ajoutant

pierres et pages

à 30 000 milliards

  

 coordonnées

 

 

 

Lorsque nous nous croyons débarrassés du corps celui-ci revient en trombe. Interrompant le geste. Il y a au moins 80 ans deux fois, juste à côté de nous, nous écrasant ces voix de leur double-siècle.

 

 



 

 

1721 0215

 

 

 

 

 

Quelque part je suis né

et j’ai grandi

de ces lieux

ce lit d’hôpital

Hôpital Foch

du 17 mai 1987

demeurent les récits

des photographies pas sûr

ce qu’on dit

les paroles des parents

ce lit

nous sommes des rumeurs

où ma soeur

mon frère

ma soeur

vinrent 

ce lit

un autre

dans ce défilé des ans

et des rumeurs

2,3,12 ans

où changent 

les choses

qui ne changent

pas

 

Le premier studio des parents

je croyais l’adresse

7 rue Gustave Flourens 92150 Suresnes   

mentalement

chemin mental

délégué

au parcours

de la souris

tentant retracer

mon chemin

depuis mon domicile

actuel

jusqu’à ce moment

le premier

de moi-même

d’abord

la ville mentale

itinéraire ratée

loupée

je ne me souvenais pas

accumulant les erreurs

de trajet

la perte

 

superposition erreur

 

 

Traçant le fil de moi-même

de mon domicile actuel

à celui, le premier

quittant l’hôpital

où je posai mes langes

pour la première fois

Me trompant

entrant l’adresse (mauvaise ville)
Me trompant encore (mauvaise adresse)

  

Alors j’ai écrit à maman pour demander dans l’espoir qu’elle me réponde tandis que j’écrivais ce poème que sa réponse me parvienne non pas trop tard laissant ou le mensonge ou le vide à la place de cette vérité que je voulais prononcer mon berceau le premier que je voulais montrer non dans sa forme primesautière mais dans la métaphore le déplacement spatial constituant devant vos yeux lieu de mes sommeils

en a un un peu

 le petit studio

 

 

 

(était-ce neuf mois auparavant

dans le brouhaha

de la fécondation

l’agitation

mitose

le liquide amniotique

premier

lieu de moi?

) 

 

 

 

mots view plan

 

 

 

 

 

mes premiers

pas se trouvent

mes premières paroles

se trouvent

maman 

papa

premiers mots

premiers visages

les premières peurs

les premiers goûts

la première douleur

toutes mes premières fois

rien n’a su durer

en moi ni en eux

ce secret chemin  

reconstruit

après

bien après

mal

faussement

les premières douleurs

souvenues

peut-être

les mêmes que celles d’antan

où l’inverse

plaisir ce qui fut 

terreur

terreur 

ce qui fut plaisir

 itinéraire clauzel caron

puis

il y eut

la mer

concrète

voltigée

10 km

de haut 

20 fois plus

de distance

 

 

ma grand-mère m’enleva

me prit

au froid

voyant

le froid

humide

l’hiver

dur 

de cet appartement

trop petit

miteux

dangereux

pour le nouveau né

cette année 

la première ou la seconde

froid de mort-vivant

on aurait cru

2 degrés il faisait

le printemps de ma naissance

ce fut

2h30 d’avion

pour atterrir 

le petit aéroport de Béjaïa

(sa piste défoncée)

je sus le kabyle

autant

j’oubliai le français

même pas deux ans

d'âge

déjà 

l’oubli

ma grand mère de ce temps-là coupa

une mèche de mes cheveux très bouclés 

à la première page d'un album photo

consacré à moi-même

elle l'y attacha

cette mèche

y est encore

mes cheveux

premiers cheveux

souvenirs

 

je dansais

dans les rues

le quartier chinois

aujourd’hui

30 ans après

dans les rues de Béjaïa

en bas de l’immeuble

les Babors il s’appelle

encore me reconnaissent

gens

de ce temps là

gens

de cet antan

où dans la rue

quand les boutiques

qui n’existent plus

passaient

pour attirer les clients

la musique douce

et belle

le chant

triste comme la rumeur

de la derbouka

et de l’exil

on me reconnait encore aujourd’hui

me rappelant

ce dont je ne peux me rappeler

cet enfant dansant

toujours souriant

on dit que c'était moi

ma rumeur

Capture d’écran 2019-12-11 à 01notre vie c'est aussi ça

 

tenté-je retrouver celui là

dansant des nuits entières

avalant la nuit la piste de danse

d’autres gens aujourd’hui me disent

qu’est-ce que tu danses bien

j’aimerais leur répondre

Tanemmirt

j’ai oublié le kabyle

j’oubliais

j’ai oublié

jusqu’à l’oubli

de mon oubli

la langue perdue

pendante

 

 

oublié

maman

le mot de maman

pour maman

je dis

tata

quand je la revois

yaya

je l’appelle 

maman

et ça rentre

dans le coeur

de maman

se fiche

comme le

gel de cet hiver

à quoi on m’arrachait

que je rendais

cruel

premières dents

déjà je mordais

la

langue perdue

 

je me demande

dans quels replis

fichés

ces mots

que je réclamais

china

et chouchou

 

les oranges 

et la viande

 

gazouz

pour la limonade

le pshiit oublié

de la capsule 

en métal

qui saute

pour moi

et mes yeux brillaient

pétillaient

c’est sûr

mieux que les bulles

 

 

 

verglas

qui prit en moi

je porte

quelque part

comme un fossile

gardé intact par le permafrost

l'amazigh

langue enracinée

avant moi

dans mes ancêtres

que j'interromps

ma rumeur

coupe cerveau avec mots kabyle

 

Parfois, des années après l’oubli

papa m’emmenait voir le petit studio
36 rue Albert Caron

du dehors semblable à une charmante

maisonnette 

un cottage anglais presque

pourtant

humide

glacial

les chiottes dehors

après la courette

en graviers

on dit

que déjà je courais

ma grand-mère

m'enleva

naissait-il le goût de l'exil

 

On y croisait

Monsieur (nom oublié ? Albert ? Alfred ?)

voisin d'alors

usé par la cigarette
jusqu’au trou
vrillant
stigmate
la gorge

percée 

la cigarette

redoutée

instinctivement depuis ce jour là

malgré mon achat récent

d’un porte cigarette

en argent 925

massif

fait main

par Vin artisan arménien

le faisant

avec ses mains

le sertissant de grenant

malgré aujourd'hui

la fierté

des Craven A

fumées juste pour le style

ce nom précieux

ces clopes

souvenir

de Charlotte D. que je ne veux

jamais oublier

 

 

Dans ces chemins d’errance

ici

point

de moi

suis-je

ici 

mon corps

ma coordonnée

ce moi désordre

moi

par la vitesse

de la fibre optique

retrouvant

cette mémoire perdue

ces chemins

ces routes

faites et refaites

goudronnées dix fois depuis

sur quoi roulèrent

les google cars

 

 

pourtant je ne me crois nul passé

n’existant

sauf au

présent

absolu

dans cette seconde

micro

mili

seconde

cette seconde

passant passée

ne demeurant

d’elle 

que la trace

sur le visage

vos visages

 

le mot prononcé

le souvenir de mon geste

l’amour et la rancune

méritées ou non

trouvant signe

dans l’archéologie

précaire

et fragile

de cette lèvre qu’on a fendue

fut-ce d’un coup de couteau 

ou d’un baiser si maladroit

que notre dent dépassant

y enfonça un peu de son trop d’amour

 

qu’en sais-je

 final cerveau

 

je suis une rumeur

 

 

 

 

Posté par boudi à 01:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2019

Qu'est ce que t'es mort mon pauvre.

longtemps
Longtemps 
étranger
inconnu
impossible
mon moi-même
à moi-meme
ce je
au monde
ce moi
socialisé donné
aux autres
ce moi
par quoi les autres appellent
ce moi
te nomment
(appel des autres
par quoi à soi-même moi-même 
existe
aussi)
moi
fiction
fictionnalisée
encore
jusqu’au plus haut
degré de virtualité
cette question même
du soi-même
au monde
j’en fus comme 
détourné
prenant
virage
par peur
crainte
honte
n’existant pas
ne pouvant
ne sachant
exister
dans l’extension
absolue
de ma matière
disciplinée
il fallait tricher duper
(nous avions tranché
en faveur de cet impératif là)
nous étions entourés de ces sales gosses de riche
je dis entourés
c’est
cernés
qu’il faudrait dire
de ces riches là
nous qui ne l’étions pas
et enfants
coupables à nos yeux
honteux sûrement aussi
de n’être pas
de la bonne espèce
dissimulions
observions
pour imiter
l’attitude
convenable
trouver
le sourire juste
l’ordre des couverts
mieux
apprendre
les autres
pour 
se distinguer
dans
le semblable
trois
yannis myriam moi
pas
amel qui naitra plus tard
bien plus tard
qui jamais n’eût alors à
se rompre à ces manigances
trouva d’autres douleurs
intenses à égalité
perdant
pareillement
l’intégrité de ce je
(fou comme nous pouvons
si vite
tomber en morceaux
à ressembler
à quelques falaises
devant chacun de nous
affichant
« risques d’éboulement »)
nous
observions
comment ça marche
pour paraître
sans honte
dans l’attitude
du triomphe
comme
eux
nimbés
de naissance
oints
nous paraissions
baignés
dans les mêmes huiles
aptes
aux mêmes
crimes
tous les codes tous les 
comme il faut
écoutant attentivement
toute la vie
écoutant
pour faire
imiter
mieux même
précéder
leurs voix
ma voix
comment porter à tes lèvres le verre de vin
où mettre
tes doigts
pour préserver l’effervescence des bulles
regretter
avec une moue patiente (cependant) l’absence de flûte
qui les disperse moins
mais c’est très bon
connaître les règles
savoir manger de la caille
demander
oh, le champagne zéro dosage, oui tu ne sais pas, si, si je t’assure
savoir exiger connaître des mots dans toutes les langues
dire badin
vin léger
ou rond
avec l’air de ne pas y penser
connaitre le mot « tourbé »
à quinze ans et demi
j’y rejoins mon cousin
mes vacances gâchées par la tempête
à Orlando
oui…pauvres de nous
fous les palmiers
la méditérannée 
dans l’ouragan
on dirait
nulle envie jalouse
grande grande grande colère
vengé (je)
par la tromperie
riant sous cape
ne me rendant pas compte
que ce 
je interrompu
ce je
du jeu
s’interrompait
que c’était moi
qui payais le prix
ma vie à moi
sous la cape
suffoquant
c’était
de
n’être jamais soi-même
toujours
choisir plutôt
le
comme il faudrait
que l’endroit fragile
petite voix
presque muette
agile et aigue
fluet toi
plutôt que
ce tremblement là
se faire
comme il faudrait
l’image précise
ciselée
riche
plus riche que ces riches
conforme
mieux
inventant
sa vie
sa chambre
à soi
démontant le lit superposé
dans la tête
sans échelle
architecte d’
un autre appartement
la honte
étendant
dans la parole
l’espace vital
faisant dans le verbe
palais dorures
pistes enneigées
soleils roucoulants
comme difficilement
ma vie
était à moi
comme rupture
deux mondes
toujours
cohabitant
en conflit
dure
                          dure
                                                    dure
                                                                              dure
                                                                                                        dure
le masque ce masque
          tenait
sur le
nez
(enfant j’avais
nez minuscule
qui s’il grandit
démesuré
j’en suis sûr
c’était pour mieux
faire tenir
sur le nez
ce loup)
le masque
ne tombe pas
même l’hiver
ne tombe pas
c’est ta vie
va au bout
ne révèle pas
ton jeu
pas
à cette table
ni à aucune 
autre
sinon
tu
non
nous-mêmes 
jusqu’à la démence
(au point de colère)
déchirant
déchirant
les souvenirs
de cette lèpre là
maintenant
ou si
toujours c’était
une facticité
(nous allâmes
jusqu’aux faux documents
faussaires en tout
à quel prix
je te dis
à quel prix
toujours
image fêlée
se dire
c’est bien moi ceci
et moi
malgré moi
jusqu’au prénom
choisi malgré moi
par mes parents à moi
disant à l’école maternelle
3 ans tu y comprends quoi
ce sera
Jonathan - sur la carte d’identité deuxième prénom -
à la maison Najib
toujours
ce dédoublement
venu du dehors
d’abord
puis
du dedans
qui était
un dehors
une pression extérieure
sur l’abdomen
toi 
tu as vomi
c’est tout
ce dédoublement
préparé
sinon
dès le plus petit âge
c’était quoi moi
ce moi à moi
par quoi
je m’appelle
dans ma tête ?
les deux et aucun
dès le départ c’était le mensonge
dès le départ
tu savais
tu savais
que ta légitimité
ce sera toujours
doute
incertain
que tu n’étais pas
comme il faut
alors
choisis
la vie
l’histoire que tu veux )
soi-même
où le fus-je
en ces temps là ?
(oh, j’ai joui
comment ne pas jouir
du mensonge
rutilant
n’avoir que ça
croire n’avoir que ça
l’avoir poli
c’était ta fortune
dire
ce qu’on veut
être cru
faire dans la bouche
vivre ces mondes
son palais ses églises
les voyages 
la Flandre
l’argent de poche
pffff
à Londres
en voyage de classe
4e
tu avais économisé
économisé un an au moins
pour sortir l’équivalent de 800 francs
comme une pièce aujourd’hui de deux euros
t’étonnant
ah c’est beaucoup?
sachant qu’on dirait
ce bourge
puis tu retrouvais la chambre
partagée avec ton frère
sans douleur
tu ne souffrais pas
vraiment d’être pauvre)
jejjejejejejejejejejejejejejejejejejejejejejejejejejeje
dans la poésie 
c’est sûr
le je
ma poésie à moi
il y avait je
conservait
ma poésie
ce fragment
irréductible
dans la poésie
je
n’étouffant pas
j’étais là dans mon outrance
dire je de toute sa vigueur ici
dans le hasard d’un vers né
par chance
ce je contrarié 
partout sinon
faux projeté
le je
lanterne magique
ailleurs
ce je promulgué
aux autres
mais sous le chapiteau
dans
le circonflexe du poème
j’étais
je
x
je
même pas 
dans l’amour
dans l’amour
longtemps aussi
ce fut de traviole 
peut-être
c’est sûr
parce que tu sais
comment ça marche
même dans l’amour
où toucher quoi dire
pour obtenir l’amour
vertige sincère qu’on ne croit pas
autre chose
mais jamais dans l’amour même
tu ne te mettais en jeu
dans ta vérité
(c’est à dire l’endroit du risque
réel
plus réel
que ta chair-charpie
quand on te jette
dans la silencieuse pâture
je te quitte mortel
fanal qu’elle dit
je dis :
ton lieu
précis du je
mon dieu
où existait-il
quand tu perdis dieu
jonathan
quand dieu mourut
qui déjà
qui encore
te savait?
pouvait te savoir
tu étais seul
en morceaux
éparpillés
illisibles
et dieu même
s’en lassa
ou c’était toi
tu ne pouvais plus supporter
son regard accablé
sa douleur tu imaginais au ciel
la pitié
à te voir
morceaux toujours plus morcelés
réduisant au défi de toutes les lois
physiques
l’atome de l’atome
)
bien sûr
bien sûr
je ne dis pas
amour falsifié
je ne dis pas ça
en amour évidemment
coeur
souffrant
tortures tralala
(plus que la moyenne même)
dans l’espace total
de la souffrance
(plus que vous)
quand marion
passe à toute allure sur la place du capitole
t’évite
t’écris
je t’aime
mais
je ne peux pas
pas encore
il ne fait pas assez froid
elle portait des collants bleus - comme le froid
quand tu erres dans Chatou
jusque sur l’île des impressionnistes
pour la croiser
que sa petite soeur
Lola
te voit
dit
il était beau
de belles chaussures blanches
c’était
vrai
mon amour 
vraie
ma douleur
pourtant
du toc
en même temps
(comme chaussures blanches
alors
gucci du bled
authentiques
parce que j’avais le port
altier
des choses précieuses
vrai le faux
porté par moi
)
amour vrai pour de faux
pareillement
en ce temps là
moi inconnu
toujours
être de brume
(ce n’était pas le goût du mystère
pour se donner des airs
modalité d’existence
aucune autre à moi si peu moi
connue
pas
l’envie d’enténébrer 
susciter pour rien
le danger
c’était le creux
l’absence pure
le non-lieu
j’étais
ce nulle part
qu’on ne peut pas
combler
situé en
d’impossibles coordonnées
désordre magnétique
pour la boussole)
Aujourd’hui 
comme il mit du temps à éclore
ce soleil
me voilà incapable 
des jeux
sordides
je dis sordides
(ce n’est pas sordide
vraiment
j’accentue
comme pour signifier
la stase
le temps long
encombré
cette congestion
morveuse)
et dieu
je ne fis que ça
ne savais faire de mains bouches
nulle autre chose
moi non plus
que ces jeux là
comprendre
pour
utiliser
ce que j’avais appris
cet enseignement malade
ce que je croyais être moi-même
vengeance du fou ivre
tirant au hasard
touchant les cibles
innocentes et coupables
indiscernées
faisant feu feu feu
de ce colt ridicule
tu faillis tuer de douleur
pourtant
et toi-même
en mourir
peut-être
Qui es-tu ?
aujourd’hui
je ne sais si disant
aujourd’hui
je veux dire
le moment exact
de l’apparition sur l’écran
du mot
aujourd’hui
et
sa mise en italique
si je dis
à cette seconde près
ou aujourd’hui
signifiant la période 
récente
distincte
sé                                                     pa                                                     rée 
de mon passé
du temps long
de la vie passée
voilà pourquoi
me sont insupportables les manières
l’esquive pour rien
et
insupportable pareille
peut-être
la peur
(cruel rejet, la peur
à quoi on ne peut rien
autre entrave
la peur
à l’expression
impossible
du je)
ce gel
dans l’effroi
le mot qu’on devine
qui ne sort pas
gâché
le mot
par la peur
infâme
Un jour on te dit
on
c’est absolument tout le monde
jusqu’à ton frère
ou ton amoureuse
je ne te connais pas
un jour
on te le dit
pourtant
tu racontes tout
trichant bien sûr
(moins qu’on ne pense
plus que tu ne voudrais)
tu racontes pourtant
bien plus que tous les autres
la retenue
tu ne sais pas 
mais c’est vrai
nous ne sommes 
réductibles à
la somme de nos discours
tout autant compte
ce je-ne-sais-quoi
toujours retenu
par moi
malgré moi
trouvé chez les autres
ce je-ne-sais-quoi
qui est soi-même
vous autres
tous
moi excepté
il y avait la poésie pour moi me sauver la vie pour me maintenir hors du flot infâme impossible la poésie où je parvenais moi à être au contact de moi abouché à moi-même bouche-à-bouche de l’horrible noyade la duperie même pour moi non pour moi finalement comme horrible ça aurait été la duplicité contre moi-même aussi et alors l’obscurité pour toujours l’impossibilité ou à funeste prix retrouver la surface des choses naître au jour quitter ou se défaire abysses et colloques des noirceurs il y avait la poésie plus que l’amour bien plus que l’amour où je me demeurais de justesse par quel miracle ici j’étais en même temps lieu et corps dans la poésie où je me trouvais moi là intact jonathanajib rabiboché sans problèmes indistincts et entiers le hasard non-choisi la langue tombée sur toi par hasard où tu te retrouvais presque toi même quasi-je ouf c’est fou la parole dans la tête ce long défilé les rêves aussi bien sûr qui restructuraient ta psyché par là forcément que tu n’es pas devenu totalement fou
elle fut longue
comme elle fut longue
cette rencontre
avec moi-même
à n’y pas croire
de se voir là
tu as enfin pris
le bon virage
pas si usé même
pas si usé
que t'aurais
cru
:)

 

Posté par boudi à 22:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]