ainsi le bonheur
de tes gestes
à ce point ça
dépend-ant
du 
chaos si étrrrrangèr-e 
à t-soi-même, volonté
chose q u i 
t’happe
te cccircuiiit électrique ta courte
tête
t’épilepse comme de la
 viande
la
centrale
dé————>charge
dans le noeud compliqué
des synapses
la belle usine
ta tête
élecrrique
la belle fabrique
à mourir
i,co,scie,t
on a dit
l’inconscient
le lieu
du refoulement
cet orage là
planqué
l’;nc;nsc;;nt
ce feu de ta tête
les origines brûlant-e-s
tu es
un continent
entier
ravagé 
l’orage-s de foudre
regarde ta tête 
pale
comme tu 
te fais peur
au milieu du néon
le gaz lumineux
tu voudrais
échanger
fréon néon
n’importe quoi 
plutôt
que ce mauvais feu
tu n’y crois pas$$$
ce courant assommant
comme les vaches dans l’abattoir——e
courant
s,celan,t
courant toujours
affaire de cour€nt
bien bien
courant
dans l’inexpirable
bien bien avaaaaaant
le po-nt
pas mirabeau
mais tout comme
où coule
la seine et mes amorts
fée electricité
on s’est bien gourrés
de t’ainsi nommer
s’ouvrant
aux vents quadruples
dé-fée, électricité
donnez-moi
d'âge
la pierre
le feu
du non-lieu
anté-silexement
donnez moi
la nuit non
résolue