02 juillet 2014

Une morte

Ton visage la nuit crispée ô ton âme déliée flamme

Grinçait dans ma nuit

Le miracle la vie sortie de torpeur, salive épaisse de la lèvre ocre

Blancheur à la crête du Je

Le vent piégé par les algues et le crissement du sable

T’appellent là-bas ; tu ouvres les bras, c’est l’horizon.

Vertigineuses absences

Au loin les paysages, miroirs étreints de feu ;

La nuit gonflait comme un lac, hésitante

Les doigts tendus, dans la gorge roulait la mélodie transparente

Sur la peau calcaire, des larmes

L’ombre d’une femme

Ton visage dessiné dans les linéaments de la terre

La lumière et le drap et ta peau écumes pâles

De cette aube morte

La main jetée de tous côtés ton absence, ma vie

Les paupières pareilles à des ongles sales,  yeux noirs

De la boue sèche, grattée par le regard

L’odeur d’au revoir de la route fraiche

Des arbres creusés de sang

Et des près mûrs de

Plus rien ne te ressemble ô chère morte

Tous les fragments de toi retrouvent leur air de tous les jours

La lande n’est plus ta peau ni lavande ta bouche

Posté par boudi à 13:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Fumée beige

L'image de toi friable comme de la pierre sèche

Dieu mon dieu la minute-statue dans quel jardin déjà le soleil hardi
On vit c'est un jour de tempête
Le vent d'équinoxe dans des cheveux alphabet
Le bleu le jaune délavés des photographies
Comment s'appellent cet homme cette femme sans couleur
On ne voit plus les visages seulement la neige vide, un grand miroir aphone

Et tout ceci qu'était-ce déjà j'en perds mémoire, un rendez-vous manqué
Sur le bout de la langue
ce ne sera pas ce soir
Ce ne sera plus jamais le soir
Le vrai soir
Plein du silence de vivre
Les lèvres comme des ronces 

Un seul soir y vins-je le crépuscule remuant des. Ailes muettes
La lune bercée, mille chant d'ombres
On y plantera Dieu
Je germerai


Sur soi la nuit blanche
eau forte et douce
Aux figures froides
Le café ou bien le thé
Tu dis peut-être je ne sais pas
Et déjà je ne vois plus ta bouche en forme de
Peut-être ou je ne sais pas
À cette table
Il y a une place stérile
Comme un ventre vide

Ta place

Une image creusée d'oubli
Un grand vent disperse les lettres du prénom on cherche ses souvenirs dans le téléphone
Un mot s'écorche dans les cheveux
Les poumons vides, plus jamais

Monde abandonné
Feu de cheminée où brûlent les roses
Odeur de mai incendié
Sifflent les balles gémit la Seine
Contre le cœur, serrée, la neige fondue de toi

Le médaillon vide
Un trou dans la mémoire
De la taille d'un poème



Posté par boudi à 02:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2014

soi même le monde.

Hier, prisonnier d'une insomnie sans délivrance je me raccrochai à tous les visages de ma vie ; alors à toi je murmurai les paroles que voici. 

il y a en moi un murmure qui dit la trahison

l'infini desséché que je porte en moi

mais

c’est mensonge

je ne me suis pas résigné à la forme attendrissante du réel quotidien

des jours de la semaine

l'etc du monde

Un matin de mes mains somnambules j’ai déchiré l’absolu

de mes doigts sévères 

les yeux hallucinés

j’ai déchiré l’infini

pour arracher le vacarme en lui

le vacarme en lui

travestissement

duperie

maquillage d'une femme vraiment laide

rouge et obscurité dans la lumière des soirs

trompant le désir. 

 

Un mouvement dément, une nuit, où les dents tremblent jusque dans le coeur

et l’on entend soi-même

pénétrant dans le temple

avec des pas bruyants comme des épées

une haleine de vandale

tordant les vieilles idoles

et sous la pierre de ces croyances mortes

une forme éclôt

neuve, inconnue

ô l’étrange miracle

les statuent elles aussi muent

alors

alors

un miroir

soi-même

le monde

l’infini.

Posté par boudi à 01:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2014

"M#####"

Il y a dans les prénoms en M.
L'idée d'une parole étouffée
D'un baillon sur la bouche serrée interrompant tout l'amour

On entend dans, l'initiale avouée, ce Mhhh, des plaintes déjà
éteintes

J'ai connu dans ma vie une foule de ces M., femmes étrangement muettes
Haïssant le silence ; l'âme pourtant aphone.

Je cherche sur leurs lèvres ma douleur, mon chant précieux, le rouge et le cri formant dans la nuit étincelles
Bruit des épées sur le sol
Je cherche une couleur homicide, un tremblement des paupières une rage
Je passe sur elles, alors, mes mains brûlantes
Quel miracle 
De transmuer ces boules de cendre froides en brûlants incendies
Et le feu prend enfin à ces yeux éteints, à ces lèvres sèches
Enfin le soleil touche cette peau allergique au soleil
Alors, 
alors
Alors
Enfin je me jette dans les flammes du bûcher inventé par moi, pour moi
Ma chère brûlure mon incendie adoré
Quand dans mes songes vient ramper la braise brûlante
J'accueille dans toute l'étendue de mon sommeil ce soleil naufragé

Mais ces femmes toujours meurent
Cette lumière d'août à leurs pommettes se dissipe
Et revient la pâleur des matins de janvier
La neige
Et la drôle de couleur
de boue du dégel
Et on appelle cette boue
Les frimas noirs
"M#####"

Posté par boudi à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2014

Psaumes brisés

Le feu prend dans des coins de ma mémoire
Comme j’ai besoin et comme je réclame mes nuits ser-
-ties de plaintes
Ma chère douleur
Ô ferveur
Ô endroits d’ombre
fraiche et mure
Contre ta pierre absente, je me jette,
Bouche sèche, mains amaigries
Yeux agenouillés

Et la foi comme un volcan tu
Crachant une lave couleur d’alcool bouilli
La foi sortant d’un lit où le vin sacrilège
tache les draps


Dans la lumière nocturne, naît l’abside
Eglise, de souffle et d’haleine ;
Diable et dieu hachés
Dans le fleuve de ma gorge

Je prie
Les poings serrés, durs, à s’en briser les psaumes

Posté par boudi à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 juin 2014

Ses vices

Mais je comprends ton soulagement, la façon dont tu vis cet enfin, et tu préfères c'est hélas un très commun défaut, les chambres d'hôtel éclairées et régulières aux grandes aurores boréales succédant aux nuits terribles
Tu préfères la constance d'un monde toujours égal à ces grands sévices

Le feu te fait peur s'il ne sort du briquet ou de la cheminée
Un effroi te saisit quand la flamme monte dans l'âtre
Ce début d'incendie banni de ton coeur venu là comme un fantôme vengeur
Et le rouge et le jaune forment contre toi, un doigt accusateur, tremblant et maudissant
Mais enfin tout se tait soudain
La bûche brûle doucement
On dirait une comptine
Enfin, tu es tranquille, le feu est réduit à la braise et la cendre


Tu egrènes ta vie comme un rosaire, et sur le fil tu remues des perles de poussière
Je comprends tu sais
Je comprends ta peur
Et ton goût pour ceci
Les paupières à demi closes
La lumière à peine
L'obscurité toujours consolée par l'éclairage public
Mais je ne suis pas de cette sorte.
Je ne veux pas vivre comme une comptabilité

Posté par boudi à 02:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2014

Mais jamais

 

1548157_10152211847658001_5300977239893464539_o (1)

Ah une amoureuse de l'ignition
c'est très bien, il y a au rebord des falaises de grands feux douloureux
où l'on peut crier vivre de toute sa gorge
et le ravage des mains et les ongles dépeints
la promesse trahie en franchissant les lèvres
le baiser truqué qu'on donne à cinq heures du matin
les bas filés, la jupe ouverte
par le septième verre de vodka arrangée
bu en en perdant le compte

Le ventre défait dans l'aube pluvieuse
les mains blessées contre les grands corps rêches
La cendre de la nuit essuyée contre le hasard
D'une rue pour la première fois traversée
toute sa mémoire déposée au fond
D'une bouteille de vin
- les tanins -

T'appelles-tu encore aux premières heures du jour
Tu t'appelles, froissements, sommeil, silence,
Tu t'appelles à jamais
"Oh, Ah, iH" s'il nous reste la moindre force
Tu t'appelles eau tiède sur le carrelage des salles de bain
Bruit dur des talons sur le sol
Claquement de porte

Parfois,
Café amer
Miettes
06 etc

Mais jamais

Battements de coeur
Crises d'angoisse
Impatience muette
Jamais
Amour

 

Posté par boudi à 14:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 avril 2014

un soleil devisé

toujours étrange le parcours encore du fil de sa vie. On le suit la nuit, en rentrant de très loin, de si tard. et remontant le noir, évidant l'obscurité les orages etc etc etc c'est le jour retrouvé et l'aube d'abord et les roses la première fois (avant la menace des gestes et des amoureux)

Toute la journée je la passe dans des éclats de rire, sous ce soleil tendre et à moi seulement;
Au balcon, je dis je et encore je
je suis l'amoureux de ce peut-être et
souvent je m'obstine mentalement à etrouver la nuit à laquelle je ne parviens pas 
tu es ombre buée sur les vitres
mais déjà l'hiver passe
et le prénom s'efface
quelle tragédie
chaque fois je voudrais t'écrire comme on converse
dire bonjour comment ça va l''été passé je passai comme une ombre
un soleil devisé
une dent fendue

Posté par boudi à 03:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2014

humanité

l'humanité reconnue

par où l'on tremble et pâlit
et
ce tremblement là
cette pâleur encore
l'humanité même

Posté par boudi à 01:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2014

l'orphelin éclatant de rire

Quelle étrange voix ta voix, tu entres ici
c'est par le carreau brisé
je t'en prie, ne te coupe pas
garde encore intacte ta bouche
tout à l'heure il faudra la blesser en prononçant les mots d'avant
douloureux comme un souvenir d'orphelin
Tout à l'heure tu diras
les récitations anciennes
et le sens presque perdu
des mots en ruine et
les prières de jadis



Posté par boudi à 02:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]