14 novembre 2014

J'ai inventé le feu en frottant ma vie à ta vie.

Pourquoi la vérité 

C'est si beau pourtant la vie à contre jour
A rebours des sentiers tapis de pas
Si beau là-bas où le jour hésite longtemps
sur des formes informulees
J'aime la lumière quand elle joue à mourir Dans 
les cheveux des vêpres. 

La nuit en soi il faut la défendre
Par les fourrés
L'ombre semée 
Le secret éclos 
Il faut défendre la nuit que je porte
Eglise jaillie des marées
gluante d'âmes et d'algues
L'Abîme me suit à la trace
Remonte le fil éparpillé des doigts 
Presque
Des je t'aime gâchés 
l'abîme arbre déraciné
marchant, vénéneux, à ma rencontre
Ah puits où je suis englouti
Je perds le compte des jours et l'écume d'être
On croirait...
des mains ferventes
Un chapelet de sanglots
Combien de temps déjà la pierre froide la roche engourdie
Combien de temps la poulie et la chair à vif des larmes
Combien de temps
Sans langage d'homme
Ce coeur noir cette foudre piégée 
Et toujours remuante à chercher de la poitrine l'issue de secours 
Toujours a recommencer ah son chemin on dit un pouls la décharge électrique le tonnerre l'orage du thorax
J'ai inventé le feu
En frottant mes os
A tes os
Précipice de mon je gouffre des paroles 
Je sombre je sombre
O obscurité
obscurité sans nom voix ni visage ob-
obscure contrée de moi-même 
obscurcie six fois
Exil du chant et du cri 
le langage du très tard
Paroles
des fétiches aux dents aiguës 
Aux poitrines brodées des meurtres
statues creusées dans le minuit glacé 
mortes presque comme des hommes. 
avant que n'entrent en fonction le bien le mal
nous parlions le miroitement et le torrent
nous parlions le bois et l'éclat
nous parlions la vie primordiale 
nous parlions notre regard Étincelle 
Mystère que je suis à l'heure de prières 
Je sombre je sombre
Dans le noir expirant 
L'ombre agonie 
Penchée 
Tordue
Comme un saule au 
Parfum parfum du soir des marais salants des baptêmes des plèvres traversées
Et tu ne veux avancer dans cette nuit là
La jungle détrempée Sur elle 
Les maladies arc-boutées 
Sans memoire sans remède sans sym-
-ptôme 
Que ce mauve aux paupières 
Comme un coup de couteau mal entré dans la chair 
Et ta langue a l'odeur de toutes les femmes La peau
Ce parfum de chiendent 
Puanteur des baisers sans amour 
Un crachât
Un mégot 
Tout ce qui n'est pas toi.

Posté par boudi à 01:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]


11 novembre 2014

Incendie têtu

Le noir triomphant du feu

L'ombre calme
Najib Jonathan ou qui que je sois fus serai
Jamais avancé ici en péril
L'image de moi
Ce visage d'occasion et les mains tricheuses pour à la fin la cendre vendue et la poudre mouillée 
Comme feu et fracas 
Rien de moi mené jusque là
La farce des bras et la comédie de ma force
Et mes lèvres d'illusion moi toujours je suis demeuré etranger 
Comme une bouche condamnée 
ne sait plus que des mots de théâtre et des cris d'opéra. 
Oui 
Et la vie a quoi bon 
Le soleil en moi effrité
Et la nuit s'allonge dans mon corps 
ne méprisez pas le sombre que je porte 
Ne méprisez pas 
L'ombre haletée 
Et l'aube défaite 
J'ai traversé à la hate mon passé 
Pour me présenter au présent 
C'est moi 
Le soir faible 
La lumière percée de trous
Le peut-être des jamais
Le peut-être des toujours 

Posté par boudi à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2014

L'amour s'achève avec la pluie

monte en moi chant cruel
soleil du balbutiement où tout recommence

comme tout recommence

aux dents les ténèbres
l'innocence à la lèvre

libre

toujours le même chemin à la fin dans le bois à l'odeur de pluie et de mousse
aux chênes penchés aux feuilles gonflées de vent
le loup imaginaire dévorant les rêveurs
on entend se fendre dans la bouche le prénom ô routine d'amour
comme un geste le soir
une après-midi d'octobre 
les bourrasques d'automne balaient gaiement
enfin on dit enfin en marchant dans la nuit sordide
enfin on dit enfin vraiment enfin guettant le soleil entre les pattes des bêtes
dans le fond de la grotte
dans la terre humide et la rivière étroite
on marche libre léger
triste mais heureux
une vague en soi menace
crie un naufragé
soi-même ou bien le passé

Posté par boudi à 17:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 octobre 2014

Mon Amour

c'est toujours affaire de miroirs où tu te vois mal et il faudra un jour piller dans mon visage les yeux sur toi penchés alors te rendre au monde ta véritable image voir comme il faut les choses et la lumière issue de toi celle que tu transpires et fais naître ô soleil mouvant ô amour fragile comme l'eau pâle du matin comme le crachin léger que le vent disperse amour amour amour

 

hors de toi le monde gris comme la neige du paris de janvier

hors de toi la gorge toujours enrouée et la lèvre pâle

les jambes tremblantes et les mains impuissantes à broyer l'absence

toute la nuit l'attente de toi

à fixer d'un air dur le mouvement de la trotteuse pour presser les secondes

mais hélas la colère de mes yeux les fige de panique et ta venue plus lente à venir

combien de siècles encore de cette patience

à mordre la nuit comme un baîllon d'ombre retenant le chant d'amour

combien encore de ces rêves de toi que la lumière du jour dissipe

faite cendres aux lueurs de l'aube

poussière mêlée à la rosée

et je te bois dans le matin peureux

dans l'herbe fraiche le lila avanteureux

plus rien n'a ta couleur amour

et la jalousie épine de ces fleurs vrille dangereusement 

te donne des dents cruelles et des mots durs

mon amour obsédant le ventre lourd de toi à pourchasser sous le ciel gris

et la nuit basse l'ombre de toi

mon amour aux cils courbes

mon amour à la bouche d'été

mon amour mon amour mon amour

Posté par boudi à 22:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2014

L'orme du val

 

l'âme éclot en moi le fit par chemins tortueux
Jonchés de ronces brûlantes
d'échardes vénéneuses et de pierres tranchantes
L'âme éclot en moi se fraya route à travers ce maquis d'ombre
cette douleur que fut ma vie pendant un an dur et amer comme un siècle de bataille perdue
dur et amer comme cent nuits d'insomnies.

 

Et je ne puis imaginer désormais votre langage autrement que bave gluante et mauvaise
votre bouche cloaque infâme où les moustiques paludiques grouillent et s'accouplent
comment imaginer désormais votre parole dépouillée de ce bourdonnement là
Dans les "bonjour etc" j'entends désormais ce bruit terrible et votre bave,

bave plus néfaste encore que les marais méphytiques 

coulant

toc

toc

toc

alors j'entends à chaque mot dit

"toc

Bzz

toc

Bzz"

oh le drôle d'Opéra appelons le "les copains d'abord" c'est à propos. 

Pour évoquer la puissance de la descente de croix de Rembrandt, Théophile Gauthier comparait sa vision à l'éblouissement de celui qui sortant d'une pièce sombre tombe sur la lumière vive de midi
et j'utiliserai pour décrire ces quelques mois de mon existence la métaphore tout à fait inverse
la réduction à rien de la lumière du monde
Et cette cage infâme d'obscurité où je me débattais en silence
Mes cris aphones toujours à buter contre le baillon de ténèbres
Le désespoir et l'impossibilité à vivre prisonnier du puits sans fonds
De l'abîme sans joie
Oh l'enfer est préférable à ce creux obscur
Le feu au moins y fait semblance de jour
Pourtant je l'ai dit sans cesse
La terreur en moi
Le janvier glacé dont j'étais hanté
Un janvier cruel
hiver gelé et sombre
A oublier la couleur du jour
A perdre le sentiment de l'aube
La misère et l'ombre enfonçant en moi leurs dents glacées

et moi j'ai traversé ces forêts infernales obscures et bruyantes de danger
à la fin de ce tremblement
au bout de cette nuit, oui j'ai aperçu un trou de lumière dans l'épais feuillage 
Oui entre les ventres gargouillant de faim des loups et les chênes à visage
J'ai vu de la lumière et je m'y suis jeté
Avec une force que je ne me savais plus
Je me suis jeté avec cette énergie qu'on dit toujours du désespoir
Et doucement dans ce corps exsangue la chaleur du soleil recommença son labeur
Doucement la vie et le goût de la vie en moi germant
Et cette florescence de moi
Ces roses ce printemps
Vous crachez dessus comme sur du chèvre-feuille
De vos mots criminels vous désherbez
Ah la bave 
La bave acide qui fane le lilas.

 

arraché au péril c'est de scandaleuse manière selon vos lois nulles
personne ces nuits terribles ne me chauffa de l'espoir même du jour
personne ne vint dans la chambre solitaire
contre les murs peints de noir
personne n'entra avec le souvenir du mois d'août
Alors j'ai survécu
Sans vous

et votre confort moral aheurté vous force à ces robes de juge immaculées et sur votre bureau propre
On ne saigne pas
On ne saigne pas et toutes les nuits une bonne passe son plumeau et débarasse les miettes d'homme assassiné
cet homme tous les soirs c'est moi
Débris de "je"
éparpillé
Et pour la lumière vous avez la lampe de chevet à abat-jour vert (il faut bien interrompre, tout de même ces lueurs, pour juger sévèrement, implacablement il faut pénombre, autrement l'homme apparaitrait parce que l'ami il faut le dire au premier jour du procès on lui arracha le titre et la tête; alors on comprendrait, on chercherait à comprendre).
Mais vous quittez le tribunal par la porte dérobée
et vous atteignez ce point de vous, on dirait, et vous la franchissez la main moite et la bouche sèche
Parce qu'on n'accuse jamais que pour se défendre, parce que 
Toi tu dis "on ne fera jamais comme ça, NOUS" et dans ce nous tu portes un crime immense
un camp d'extermination comme on en a plus vu depuis mes plus affreux cauchemars
et tu as tort.
Et toi c'est autre chose c'est l'indignation morale tu te sens floué par tous les gestes
Alors tu reprends toute mon histoire et tu changes un mot pour un autre tout le long chemin de toute ma vie
je deviens monstrueux
on me voit une moustache sèche et le début des cornes.

Pourtant vous ne savez rien
Drôle de tribunal où l'on invite jamais le condamné à s'exprimer
Drôle de sentence celle muette
Toujours surgissant pour meurtrir le corps absent
Et je n'imagine pas ce double de moi ce reste de mon ombre tant crucifié par vous et sottement
J'aime la croix et ne puis vivre sans son faix
mais ces gibets postiches
Ces imbécilités ennuyées gardez les hors de moi
De ma chair réelle et de mon être fantasmé
Vous n'avez rien compris depuis le début
Et cette histoire inventée me dégoûte bien plus que vous n'êtes dans votre aise morale
Qui d'ici ressemble à un cabinet sale
On a pas tiré la chasse.

Vous avez imaginé, inventé, parce que c'était vraissemblable et possible
Parce que parfois, même ce fut vrai
Vous avez imaginé et c'est barbare 

Posté par boudi à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 septembre 2014

je t'écris

je t'écris pour feindre les grands sentiments amoureux et t'attirer la nuit (sans couteau, je préfère le crime à mains nues, une sorte de tradition religieuse) dans un coin d'ombre dangereux. Je ferai de grandes phrases lyriques Des tremblements de coeur Mes mains gémiront de joie à l'idée de toi mais tout sera faux c'est le métier d'acteur échappé de mes gestes et toi, naïve et dupe, tu te laisseras mener dans ces renfoncements mauvais et dangereux Le plaisir te laissera comme une morte puis dans un grand éclat de rire j'oublierai tout de toi les gémissements du soir la peur dans tes yeux et ta lèvre périe

Posté par boudi à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2014

Bis

Il me souvient

Tes doigts dans les songes

La peau douce
Etrangement parfumée

Tu sentais

Le rêve

Le pin brûlé

Ou bien

Toi-même, l'amour

(l'odeur de l'herbe blessée par

l'été affamé)

Tu sentais

Cette odeur perdue
Qui n'est pas l'odeur

Des lundis

Ni le son 

Métallique

Du dimanche

Ou les ongles 

Cassés

vernis

 

Il me souvient

Tes cheveux renversés,

immobiles

Dans le songe

Etait-ce alentour de toi (partout

autour)

L'eau d'une noyade (?)

La mer d'Avril

La sueur transparente

Des amants (beaucoup)

Ma main captive 

Des algues

 

 

Mes doigts au réveil

Remuant

Douloureux

Sur ta peau bru-

nie (saveur réglisse

La nuit)

Ta peau

Bru-

lée

(tendrement)

Par les baisers

Le soleil chaud humide

Dans la bouche

Le miroitement

Des dents

Les cent-douze blessures

De l'amour 

Mais nulle part le couteau

De l'amour

Le sexe honteux

La peau tue

Le café froid

Les apparences

De la mort

Cousin

Au cinquantième

degré

 

Tu dors encore, longtemps après moi

Tu bouges dans le lit en murmurant «pitié»

Toute la nuit l'horreur oubliée te remonte

Comme de la vase

De l'eau croupie

Le marécage de ton âme /

 

Refermées tes paupières sont bleues 

Et belles

Comme la nuit trempée

Humide 

De rosée

Tu as l'une des treize couleurs

Du sommeil

Quand tu dors

Mais que je ne dors plus

L'urine de la nuit empèse ton murmure

Elle vient sur tes lèvres dans un mouvement

De chatte

Et tu es tout son territoire

Gouttière

Chaton

Fauteuil

Tu es

Le peu importe

de mes poèmes 

 

 

Posté par boudi à 23:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juillet 2014

Je suis prêt

Je sens à nouveau la respiration de la brume intime
M. remue comme la nuit ancestrale
et ses mouvements pareils à ceux des messes noires éveillent le volcan obscur
Le souffre d'éternité me monte aux prunelles
Je reprends le massacre interrompu il y a longtemps
de ces gestes là pareils à des pleurs carnivores

Je suis prêt

l'ambition l'ambition de toute ma vie passée

bat en moi comme le galop des orages

et je réapprends le cri de commandement face au miroir
Perdu un matin où le désespoir en moi s'assagissait
Je dormais bien

et les filles ne pleuraient presque plus jamais
les filles de ce temps là précieuses comme des mégots fumés deux fois

mais le soleil aride m'était entré dans l'âme

et je demeurai vivant et absent comme arraché d'une prise d'opium. Ni tout à fait intoxiqué, ni tout à fait éveillé
Nous attendions l'instant du manque Pour retrouver la vieille figure tragique le masque des rites horribles
Cette lèvre déchirée toujours par un cri

(un cortège d'oiseaux de proie)

Je retrouve mon âme et ses cent-dix mutilations, comme j'aime les blessures, comme j'aime les corps coupants

je rêve d'une femme nue et tranchante

statue de verre brisé pour lui faire choses d'amants

ce fut mon péché longtemps d'allumer dans les yeux et les cheveux de gamines inertes de grands brasiers pour m'y jeter

ah le délicieux bûcher allumé dans sa propre ombre

le feu qui partout vous poursuit comme un miroir d'abîme.

Le vertige dans toutes les courses

c'est toujours mordre et crier

 

Je me souviens de mon goût jadis pour la gloire et l'envie que j'avais de la faire toute petite contre ma poitrine pour la déchirer en tous petits morceaux et sur chacun de ces petits morceaux écrire "MERDE".

 

Je vois :

Un lac
S'y décomposent des plantes d'eaux à mille feuilles
elles tourbillonnent dans l'espace aquatique.

Posté par boudi à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2014

Danse des poètes

Je porte en moi un volcan affamé 

une lumière de tumultes bleus

toute la foule du monde

et sur nous la nuit avance semblable à un grand mât

j’ai senti parfois mon âme se fendre comme un glacier

dans un bruit d'orage

et la plaie immense

la béance articulée chaque jour de sa vie

la béance, chaque jour de toute sa vie

la douleur et la plainte

par où l'on dit "JE"

et la couture à jamais visible

et le poignard d'alors tremble encore dans le coeur

membre fantôme

il remue

ô ma douleur

ô ma mémoire

Posté par boudi à 02:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2014

Une morte

Ton visage la nuit crispée ô ton âme déliée flamme

Grinçait dans ma nuit

Le miracle la vie sortie de torpeur, salive épaisse de la lèvre ocre

Blancheur à la crête du Je

Le vent piégé par les algues et le crissement du sable

T’appellent là-bas ; tu ouvres les bras, c’est l’horizon.

Vertigineuses absences

Au loin les paysages, miroirs étreints de feu ;

La nuit gonflait comme un lac, hésitante

Les doigts tendus, dans la gorge roulait la mélodie transparente

Sur la peau calcaire, des larmes

L’ombre d’une femme

Ton visage dessiné dans les linéaments de la terre

La lumière et le drap et ta peau écumes pâles

De cette aube morte

La main jetée de tous côtés ton absence, ma vie

Les paupières pareilles à des ongles sales,  yeux noirs

De la boue sèche, grattée par le regard

L’odeur d’au revoir de la route fraiche

Des arbres creusés de sang

Et des près mûrs de

Plus rien ne te ressemble ô chère morte

Tous les fragments de toi retrouvent leur air de tous les jours

La lande n’est plus ta peau ni lavande ta bouche

Posté par boudi à 13:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]