20 juillet 2010

X.

Elle n'était pas un être mais un adjectif.

La grammaire ne suffisait pas à me consoler de son absence. J'avais beau nous trouver des terminaisons, des conjonctions, rien ne nous rapprochait. Il ne pouvait plus y avoir de proximité malgré la rigueur sémantique. Elle ou moi, et ce ou conjonctif établit la distance qui nous séparait. Il y a entre les pronoms tout un pays de neige. On ne se méfie pas assez de la grammaire, on la croit associant et elle ne sait qu'exclure.

Posté par boudi à 12:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


30 juin 2010

les coeurs retroussés

Tu auras le cœur retroussé comme la manche sur le bras du forçat, il aura des marques de cuivre et des traces de souffrance. Tu auras le cœur tétanisé comme le muscle brusqué par l'effort, et tous tes amours, tous tes hommes et toutes tes femmes à adorer seront un ailleurs, une sorte d'indistinct paysage que tu verras au loin. En te retournant, dans le pas léger des petites filles tu verras marcher vers toi ta jeunesse et sa couleur d'opale, tu verras dans le lointain des corps qui seront des dunes de la même manière que dans un désert pleine d'eau miraculeuse et ta soif même sera un mirage, et ton appétit une impression, et des pièges marécageux. Tu pourras boire à la bouche de ces passants au corps de majesté, et ton corps s'emplira du sable des mirages. Tu te seras désaltérée de poussières.

Posté par boudi à 18:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

27 juin 2010

Wendy.

Avant de mourir j'avais relu tes mots pour me donner du courage. Pour en extraire le poison essentiel. Pour en avaler la magie infernale. Avant de mourir, j'ai relu tes mots qui commençaient ainsi "Je n'ai plus aucun respect pour toi" et qui finissaient dans un espoir de terre et de cimetière.

J'ai souvent pensé aux cimetières et à ce qu'ils pouvaient entretenir de joie. Je me suis imaginé une prostituée qui se tenait près des endeuillés et toussait un peu plus fort que leurs gémissements. Je me suis imaginé des veufs qui avaient un chagrin à déposer par saccades, qu'il ne suffisait plus de larmes pour fluides, pour expulser la meurtrissure du dedans.

Je me suis demandé si papa pleurerait moins fort que les talons qui butent sur le vice et l'angoisse.
Je me suis demandé ça tandis que je mourrais.

Tu n'as plus peur la nuit parce que tu y reposes avec des joues pleines de couleurs. Les miennes avaient blêmi ce jour là, blêmi devant l'horreur qui se soulevait de moi, blêmi sous la voix étrange et maléfique qui heurtait mes tympans intérieurs. J'étais devenu un corps entier à l'intérieur de mon propre corps, un homoncule de sens, de nerfs et de douleur remuant dans moi.

Le plus grand reproche que l'on peut faire à mon existence c'est d'avoir une trop haute idée des choses ou plutôt de leur croire toujours une noblesse nécessaire, une inspiration soudaine qui remplacerait le sang. Tout désir doit être majesté, et sans lui il n'est qu'instinct et donc vulgarité. S'il n'est qu'expression, s'il est sans faculté, alors il ressemblerait à un corps inerte, à un squelette de salle de classe qui ne tient que grâce à la ficelle qui le suspend. Il faut des muscles au désir et à l'envie ; il faut une grâce au geste.

Je t'ai déjà écrit que j'aime tant la beauté du geste que je me fiche de sa conséquence, que de voir son mouvement s'épanouir et fleurir dans le jour, se départir du corps qui l'enfante suffit à ma joie. Il est ainsi des mains d'assassin que le meurtre a brûlé et dont j'oublie qu'il est de meurtre, ce geste, qu'il est une fin, un chaos en lui-même, j'oublie même de la paume ses linéaments noircis par la flamme, j'oublie la chair dissoute par le crime. Je ne vois rien de l'infirmité que pose la morale sur les poignets du condamné, je ne vois que des bracelets qui brillent au soleil, je ne vois rien d'autre qu'une parure et même une noblesse, une sorte de chevalière. Je ne vois pas ce poids qui les leste, de leurs dos courbés par la loi se croquent des pays, des ébauches d'endroits, et la promesse de voyages en des endroits "poivrés et détrempés". Un monde de poèmes.

Je t'aime toi, dans la cruauté dont tu m'as étourdi, et j'aurais mieux aimé qu'il n'y ait que des tendresses, que loin là bas, l'horizon s'enfonce mollement dans la mer. Ca ne se fait pas, de voir un horizon qui soit un ruisseau, il est une cascade que la pierre tranche. C'est ce qui s'est passé, ça a coulé de tant de couleurs Wendy.

J'ai accouché de la mort et personne ne le sait, j'ai accouché dans des draps blancs, dans les mains d'un médecin, j'ai accouché par la bouche et j'ai vomi l'âme dans ces endroits. J'ai trébuché dans la mort, j'ai courbé la tête, j'ai visité des salles interdites, je me suis enfoncé dans un noir qui est plus noir que la nuit des forêts, j'y ai marché des heures à la recherche de la lumière de l'évasion. J'ai marché dans mon propre décès, j'ai parcouru les sentiers de ronces, j'ai cherché les fourrés d'orties pour que la lumière de mes sangs éclairent la mort, je me suis jeté contre des silex pour les voir frémir de feu.

Je n'ai rien vu, et pourtant je suis mort et tu m'as tué. Tu m'as tué deux jours durant, et deux jours j'ai erré, je croyais qu'il fallait descendre pour venir te chercher. J'ai parlé au diable qui ne te connaissait pas, j'ai parlé à des flaques de lave qui t'avaient vu, croyaient-elles, danser sur les roches en fusion qui sont leurs yeux. J'ai vu des épines frémir à l'idée de ton nom, et murmurer qu'elles sont tes cils, qu'elles en ont accroché tant des hommes sans figure, tant des femmes sans corps, qu'elles en ont vu tant passer, qu'elle n'avaient plus assez de pointes pour les compter.

Je suis descendu si bas, si bas, que je ne croyais pas l'Univers si profond, et qu'à chaque pas, qu'à chaque marche j'en découvrais mille de plus qui tourbillonnaient vers l'infini et y faisaient un nouveau précipice. Qu'à chaque mètre parcourue ce que je croyais être la ténèbre me semblait un ciel lumineux, la nuit réinventait le crépuscule.

J'ai cherché, fouillé, gratté fabriqué avec la terre meuble des clochers pour espérer faire sonner l'angélus et le voir ramener le jour.

J'ai vécu mort.

Posté par boudi à 01:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,