J'ai acheté le 20 mars 2017 4 carnets tenant tous dans la poche intérieure d'une veste et deux stylos en aluminium. Les stylos coûtaient chacun 10,60 € ce que j'ignorais. Aucun code barre ne permettait de connaître le prix des stylos en aluminium. La caissière est descendue chercher un stylo en aluminium pour connaître son prix. La caissière a perdu en remontant le code-barre censé indiquer le prix du stylo. La perte du code-barre a agacé la caissière. La caissière a fini par remonter un stylo et son code-barre.
L'écran décomptant les articles et leur prix indiquait le prix cumulé des deux stylos. Les deux stylos valaient 21,20e
Le ticket de caisse final disait quelque chose comme 40 euros.
J'ai payé 40 euros par carte bleue pour 4 carnets et deux stylos en aluminium
Les deux stylos en aluminium formaient la moitié des 40e payés par carte bleue
.
Je ne sais pas s'il faut transcrire les notes de mon carnet sitôt après les avoir écrites
Pierre-Adrien Marciset possédait des dizaines de carnets tous noircis d'une écriture plutôt belle
Pierre-Adrien Marciset achetait uniquement des carnets Moleskine 
Aucun carnet dans ses a priori ne pouvait (ne devait?) être autre chose qu'un Moleskine
La graphie de Pierre-Adrien Marciset faisait de lui un clerc tout à fait valable
Pierre-Adrien Marciset aurait pu être secrétaire en 1900
Pierre-Adrien Marciset ne peut pas être écrivain en 2017
Pierre-Adrien Marciset publie des romans en 2017
Publier des romans ne fait pas de Pierre-Adrien Marciset un auteur
Nous avons acheté le roman de Pierre-Adrien Marciset
Pierre-Adrien Marciset ne se doutait pas que parmi
ses chiffres de vente se glissaient des ricanements
Les personnages de Pierre-Adrien Marciset ricanent en permanence
Léo a relevé le ricanement permanent des personnages de Pierre-Adrien Marciset
Léo est un très bon exégète
Léo peut commenter tous les textes
Pierre-Adrien Marciset a envoyé son roman à des critiques internet
Les critiques ont détesté le roman de Pierre-Adrien Marciset
Pierre-Adrien Marciset pensait construire un roman à clef composé de salles très obscures
Le sous-texte du roman de Pierre-Adrien Marciset était lisible par tous
Le roman de Pierre-Adrien Marciset est illisible
La clé des romans de Pierre-Adrien Marciset est une clef universelle
Dans le roman de Pierre-Adrien Marciset on trouve ce genre de phrases
""Avant de partir, ouvre le frigo qui est fermé, elle va t'aider, les ténèbres ne peuvent qu'échouer contre elle !""
Cette phrase est publiée sur babelio probablement par Pierre-Adrien Marciset
Pierre-Adrien Marciset tire fierté de cette phrase
"Avant de partir, ouvre le frigo qui est fermé, elle va t'aider, les ténèbres ne peuvent qu'échouer contre elle !"
Cette phrase étant publiée sur babelio probablement par Pierre-Adrien Marciset
Pierre-Adrien Marciset tenait un blog
Le blog de Pierre-Adrien Marciset s'appelait le Panthéon Inversé
Le roman de Pierre-Adrien Marciset s'inscrit dans la continuité
du Panthéon Inversé
Camille Acristem écrivait les articles du blog
Camille Acristem était l'avatar numérique de Pierre-Adrien Marciset
Pierre-Adrien Marciset a une chaine youtube
Pierre-Adrien Marciset doit se constituer
des identités virtuelles
Pierre-Adrien Marciset n'existe pas
Pierre-Adrien Marciset essaie d'exister
Pierre-Adrien Marciset a tenté de se ਖੁਦਕੁਸ਼ੀ 
3 fois
Pierre-Adrien Marciset a redoublé 4 fois sa L1
Pierre-Adrien Marciset fera 5 fois quelque chose
Pierre-Adrien Marciset a beaucoup de mal à être
Si je transcris immédiatement les notes de mon carnet sur l'ordinateur je n'établis pas de séparation entre les deux actions
Transcrit immédiatement le carnet et le blog deviennent une simple différence de support
Je ne sais trop quoi penser de la transcription immédiate de mes carnets
Mon écriture non-lisible risque d'aboutir à l'impossible relecture et à la non-transcription future
Une contrainte supplémentaire pèse sur la problématique de la transcription
Mes carnets sont transrits le jour-même
Mausolée écrit une sorte de carnet de ses pensées dans la section Miscellanées
Ses notes sont très bêtes
Rémi arth.rite complimente les notes très bêtes de Mausolée
Les brèves de Mausolée ressemblent aux pensées de tout le monde au moment de s'endormir
Les pensées d'avant le sommeil semblent brillantes à tout le monde
J'ai déjà enregistré ces sortes de pensées juste avant de m'endormir
Ces sortes de pensées étaient bêtes comme les notes de Mausolée
Mausolée enregistre peut-être les pensées précédant de quelques secondes son sommeil
Il n'y a pas de barrière entre les enregistrements nocturnes de Mausolée et la transcription de ceux-là
dans la section Miscellanées du forum
Rémi aime les bribes de Mausolée
j'aimerais comprendre comment il fait
Rémi éthuin a travaillé sur Ricoeur
Rémi éthuin a un point commun avec Emmanuel Macron
Rémi éthuin ne sera pas président de la République
Il ne le souhaite pas
La poésie de Rémi éthuin commence à bouger
La poésie de Rémi éthuin a mis des années à bouger
Rémi arth.rite vivait dans le confort de la poésie
La poésie n'est pas un geste politique
Ce qui n'est pas un geste politique ne vaut rien
La poésie de Rémi éthuin n'est pas un geste politique
Léo-Paul a produit un choc très violent en commentant ma tentative de textualisme-objectivisme
Le commentaire très violent de Léo-Paul a été effacé par Léo-Paul
Léo-Paul a supprimé son commentaire très violent
Ce commentaire ne m'a pas blessé
J'ai lu ce commentaire avant sa suppression
Ce commentaire à cause du choc produit m'a détourné radicalement
Ce commentaire m'a aidé à comprendre
Il disait que mon refus du je laissait pourtant voir un je surabondant
ce poème en témoigne
J'ai réécrit un de mes poèmes en tenant compte de cette remarque
Il y avait trente-deux Je sans compter les déclinaisons du je (la forme réflexive et la forme possessive du Je)
Il y avait trente-deux Je dans un poème de 402 mots
Il y avait presque 10% de Je dans un poème de 402 mots
J'ai réécrit le poème en tenant compte de la remarque de Léo-Paul
je l'ai réécrit afin de rendre compte du commentaire très violent de Léo
Le commentaire de Léo ne m'a pas blessé
Le commentaire de Léo a entraîné la réécriture d'un poème
Le poème réécrit est celui-ci
Les commentaires de Léo m'aident beaucoup à écrire
Je n'arriverai peut-être jamais à écrire plus que ça
L'effacement pronominal de certains poèmes objectivistes
m'apparaît comme un artifice
la disparition de la première personne du singulier
dans certains poèmes objectivistes n'est pas le retrait
du Je qui demeure présent mais caché
L'élision est un retrait stylistique
et grammatical
Le lecteur ajoute mentalement
le membre retranché
L'effacement pronominal de certains poèmes objectivistes
est un artifice visant à établir une pseudo-objectivité
sans supprimer l'auteur l'énonciateur et le locuteur
Je peut être objet du poème
tout en assumant ses perceptions
l'objectivisme est la mise en forme du réel
malgré les percepts 
Je est un objet du poème
objectiviste et doit par conséquent
être traité comme tel
Ce poème est la traduction immédiate de mes notes 
Ce poème ajoute beaucoup à mes notes
Ce poème n'ajoute à mes notes que la partie élidée
Mes notes forment un plan 
rédigé ici dans toute son extension
Il y a 23 "je" dans ce poème
24 désormais
ce qui est écrit ici me rend fier fat et satisfait
ëtre fier fat et satisfait me fait me détester
la lucidité sur son état de médiocrité ne change
rien à son état de médiocrité
la lucidité équivaut au plaider-coupable
Le plaider coupable limite la peine
La peine consécutive au plaider coupable
est moins grave
Le plaider-coupable ne commue pas la peine
en innocence
Marie-Anaïs, Léo, Louis me sont indispensables
sans quoi comprendre limiter interroger
sans quoi éviter la caricature et la satisfaction béate
seraient impossible
Sans interroger questionner échouer
il est impossible de sortir de la médiocrité
satisfaite
Mausolée, Rémi et Pierre-Adrien Marciset
ne connaissent pas Marie-Anaïs, Léo et Louis
Mausolée, Rémi et Pierre-Adrien Marciset
ne peuvent pas échapper à la médiocrité
Mausolée, Rémi et Pierre-Adrien Marciset
ne connaissent pas Marie-Anais, Léo et Louis
pour écrire ce paragraphe tout a été fait afin d'éviter
l'emploi de la première personne du singulier