Les ombres qui grossissent contre mon reflet, savent tout, sapent tout, et me répètent. La nuit est à lier. Folle alliée. Allumée, clair, éclair, lacets de foudre qui embrasent le ciel, sortent des tranchées militarisées d'un ciel sans nuage. La nuit sait tout, et anesthésie, s'écoule les secondes, les heures haut par mots et monts. Tic, tique, je tique, dans la poitrine moussante. J'ai le mal au coeur qui glisse la nuit dans un rayon de lune, qui tait, tait. J'ai su coudre ma bouche et ma colère. La nuit m'injecte sa couleur dans un bain de morphine, d'antalgiques, je soupire. Le sommeil me fuit. Le sommeil est l'ennemi. PLANTE UNE AIGUILLE. PLANTE UNE PETITE AIGUILLE CONTRE LES HEURES QUI HEURTENT. Silence, silence, il faut faire silence, de la rumeur grondante, de la déclamaison des oraisons. Passe l'obole auréolée, et tais toi, réprimande, tais toi, critique, je m'ennivre d'une crique tête de mort, qui craque son os tissulaire. J'ai des larmes pénétrantes, moi, j'ai des larmes qui tachent mes joues, s'enfoncent, l'acide je le digère, le régurgite des yeux brillants, noirs. Jais. Jais. Jais mais d'ivoire, j'ai le jais des ivoires noircis, comme des dos d'esclave, comme des noblesses abolies. Je sais survivre aux poignards, sous ma peau, le fer. Dans ma poitrine prison, cage-thoracique, dort un coeur affamé, se nourrit d'eau croupie. Révolte, révolte, il se tait, sait, et se tait, saute, tressaute, vibre. Il y a des interférences radiophoniques, il y a des interférences qui ont des dents larges, noires. Se tirent, s'étirent, mes dents sont des ombres qui luisent aux larmes, faites attention, faites attention à la prochaine nuit, quand mon coeur de loup sauvage déchirera mes vêtements gris, ma chemise gitane. Gardez près de vous une balle d'argent et un pistolet précis, gardez près de vous de quoi tirez sur la lune dont l'opulence gave mon foie, folie. N'oubliez, pas serrez autour du coeur que vous n'avez plus un chiffon rouge à l'odeur de vie. Les charognards ne prennent que les carcasses pourries. Bourreau de minuit, j'ai une corde serrée au poignet, des kits de pendaison bohèmiens. J'écris, la hache à la main, j'écris, je découpe. Des lettres retranchées d'un alphabet endormi, je viens sortir des réserves les belles endormies, les presque disparues, la hache trouve le z du rire, aux zigomatiques envapés, des X d'interdits qui crachent la douleur que vous ne comprenez pas. Qui font rire dans la pâle adolescence la foule qui cache son odeur derrière les arômes synthétiques. Je pèse votre ennui qui m'écrase la poitrine. Je signe un acte de décès. A votre nom. Une pierre tombale qui brûle. Je sais tout, je suis le confident de la nuit qui vous habite, de toutes ces nuits en vous qui noircissent mes yeux et mes boucles rebelles. Je suis la lumière crispée du réverbère qui souffle, près de votre fenêtre, le chant de l'oiseau invisible qui s'éveille avant l'aube du crépuscule, je suis l'odeur fraîche qui vous réveille le matin, le parfum de brûme et le goût de rosée qui trempe dans votre chocolat. Je suis, dans l'intime, dans la prospection. Une pioche qui s'enfonce, laboure, je suis votre sang qui coule sans blessure. La nuit brille comme un souffle de chacal et me répète vos écarts, vos mots, entiers dans des baquets vomis. N'oubliez pas, la nuit sera encore pleine demain, et mes dents ont faim, ma langue de fourrure a soif. Faites attention, ne dormez que d'un poumon, je sais tout de vos yeux de verre qu'on brise de vérité.