Tu retrouves le goût de ta peau, ta propre peau, la matière que tu étais, que tu demeurais dans le pire des tortures, ta peau tu redécouvres son empreinte dans le monde dans le volume d'air ou d'eau selon que tu t'amorces dans l'un ou dans l'autre
Tu te retrouves matière corps vivant et remuant déplaçant des masses abstraites
Comment si sousvent toi à toi-même te perds-tu ? Quelle obscurité saisissante te mène à ce mortel silence
Voilà que tu as retrouvé le goût et la langue ; l'être intime et la voix chuchotement.